Samedi, 22 juin 2024
• • •
    Publicité

    GRIS-Montréal, une campagne de levée de fonds réussie

    Cette saison, la campagne de levée de fonds du GRIS-Montréal s’est déroulée sous le thème « Des histoires partagées, des vies transformées ». L’objectif avait été fixé à 350 000 $, mais grâce à la générosité des donateurs et donatrices, on a si bien dépassé ce cap qu’on a atteint la coquette somme de plus de 372 804 $ ! Le GRIS peut ainsi mieux respirer. Ces sommes serviront essentiellement à former des bénévoles, ce dont l’organisme a besoin de plus en plus pour répondre à la demande de sensibiliser les étudiants et étudiantes aux réalités des communautés LGBTQ+.

    Le GRIS-Montréal, comme on le sait, fait de la sensibilisation à la diversité sexuelle et de genre dans les écoles de la région métropolitaine et maintenant même au-delà. « Évidemment, nous sommes très contents du résultat de cette campagne », dit Catherine Duclos, la présidente du conseil d’administration du GRIS-Montréal. « On a eu du suspense jusqu’à la fin et on n’a eu qu’à la dernière minute le résultat de tous ces efforts. Souvent, c’est dans les derniers jours de la campagne que les choses bougent et que des gens ou entreprises se manifestent. Nous sommes très heureux que l’objectif ait été dépassé. »

    Cette campagne annuelle est importante parce que seuls 15 % du budget total de l’organisme proviennent de sources gouvernementales. « C’est pour cela que la levée de fonds est le cœur de notre financement », ajoute Catherine Duclos. Face à toute la controverse entourant la prestation de drag queens auprès d’enfants dans les bibliothèques dans le cadre de l’Heure du conte, Catherine Duclos réagit sans équivoque : « Cela vient des préjugés qui courent en ce moment, les enfants ne sont pas influencés par des drag queens et ne deviendront pas des LGBTQ+. On en parle comme si […] c’était un choix. Ce n’est pas un choix de vie. […] On voit bien avec cette situation-là la pertinence des ateliers de démystification du GRIS dans les établissements scolaires. »

    Il y a à peine quelques semaines, un autre jeune de 18 ans a été poignardé dans une école à Montréal. « On constate de plus en plus d’incidents violents dans les écoles », poursuit la présidente du GRIS. « Avec nos ateliers, on cherche justement à faire reculer la haine, la polarisation, la violence, etc. Nos interventions aident à faire reculer les préjugés et contribuent à une société plus ouverte à la diversité. »

    L’an passé, le GRIS-Montréal a rencontré plus de 22 400 jeunes lors de plus de 1 000 ateliers. « Et on pense qu’on va briser ce record cette année », renchérit Catherine Duclos. Mais voilà, si la demande d’ateliers est à un niveau égal ou supérieur d’avant la pandémie, les bénévoles qui interviennent dans les classes sont difficiles à trouver. « La pandémie n’a pas été sans effets. Durant plus de deux ans, on n’a pas pu former des bénévoles. Il y a toujours un grand bassin de personnes qui désirent faire les formations et, dans le processus, il y a des gens qui se rendent compte que ce n’est pas pour eux, d’autres n’ont pas la disponibilité nécessaire pour se présenter les jours de classe et donc manquer des journées au travail, etc. Et il faut dire qu’il nous faut toujours deux bénévoles par intervention, donc ce n’est pas facile de recruter et [de] former des gens et c’est ce à quoi sert le financement en partie […] », explique-t-elle. Claude Marchand, le président de la campagne de financement 2022-2023 et président du groupe LCI Éducation (Collège LaSalle, entre autres) souligne que « c’est suite à la visite du GRIS dans la classe de mon fils, que j’ai été témoin de cette ouverture de dialogue, que leur échange a permis. Et je souhaite la même chose à tous les jeunes ». « C’était la 2e année que Claude Marchand présidait le cabinet de campagne, qui a fait un travail exceptionnel d’aller chercher de nouveaux et nouvelles donateurs et donatrices, et ce, avec beaucoup de patience », indique Catherine Duclos. Cette année, huit personnes faisaient partie de ce comité, incluant François Leclair en tant que président émérite, après avoir présidé durant plusieurs années cette campagne de financement.

    Fidèles au poste, les deux porte-paroles du groupe, Macha Limonchik et Vincent Bolduc, ont réaffirmé pour une 14e année leur soutien à la mission du GRIS. « La générosité des bénévoles qui se racontent en classe est formidable à voir ! Leur bienveillance et leur authenticité permettent d’avoir un impact réel sur les jeunes dans les écoles. C’est pour ça que nous sommes si fier.ère.s d’être les porte-paroles du GRIS », ont-ils confié.

    « Je tiens à remercier tous les donateurs et donatrices pour leur grande générosité en contribuant ainsi à notre campagne en vue de continuer notre mission pour faire une société plus inclusive », de terminer Catherine Duclos.

    INFOS | 514-590-0016 ou gris.ca

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité