Mercredi, 27 septembre 2023
• • •
    Publicité

    En Ouganda, le président iranien critique l’Occident qui «promeut l’homosexualité»

    En visite en Ouganda, le président iranien Ebrahim Raïssi a critiqué mercredi l’Occident «qui veut mettre fin à l’espèce humaine» en «promouvant l’homosexualité», deux mois après la promulgation dans ce pays d’une loi «anti-homosexualité», considérée comme l’une des plus répressives au monde.

    «L’Occident essaie aujourd’hui de promouvoir l’idée de l’homosexualité et en promouvant l’homosexualité, ils essaient de mettre fin à l’espèce humaine», a déclaré le président Raïssi à l’issue d’un entretien avec le chef de l’Etat Yoweri Museveni.

    Le président Museveni, qui dirige l’Ouganda d’une main de fer depuis 1986, a promulgué en mai dernier un texte prévoyant de lourdes peines pour les personnes ayant des relations homosexuelles et faisant la «promotion» de l’homosexualité. Un crime d’«homosexualité aggravée» est passible de mort, une peine qui n’est toutefois plus appliquée depuis des années en Ouganda.

    La promulgation de cette loi a suscité une vague d’indignation d’organisations de défenses des droits humains et de nombreux pays occidentaux.

    Les pays occidentaux «agissent contre l’héritage et la culture des nations», a affirmé le président iranien.

    M. Raïssi a également exprimé son soutien à son homologue ougandais sur un projet de construction d’une raffinerie de pétrole que l’Ouganda entend construire après avoir exploité des gisements dans le lac Albert.

    Le projet, qui prévoit aussi la construction d’un oléoduc long de 1.443 kilomètres, a toutefois rencontré l’opposition de militants et de groupes de défense de l’environnement qui estiment que ce projet menace le fragile écosystème de la région et les populations qui y vivent.

    «En matière d’énergie et de pétrole en particulier, la République d’Iran est prête à partager ses expériences avec l’Ouganda sur la question de la raffinerie, la question des services techniques et d’ingénierie», a soutenu M. Raïssi. 

    Les pays occidentaux, selon lui, ne veulent pas «voir des pays qui jouissent de grandes ressources et des réserves nationales devenir indépendants».

    Le président iranien effectue une tournée dans trois pays du continent – Kenya, Ouganda et Zimbabwe – alors que Téhéran tente de rompre son isolement diplomatique en trouvant de nouveaux alliés sur la scène internationale. Il s’agit de la première visite en Afrique d’un dirigeant iranien depuis onze ans.

    M. Raïssi, qui s’est entretenu mercredi matin à Nairobi avec son homologue kényan William Ruto, est arrivé dans l’après-midi à Entebbe en Ouganda. Il doit se rendre jeudi à Harare au Zimbabwe pour rencontrer le président Emmerson Mnangagwa.

    L’Afrique est devenue un champ de bataille diplomatique plus intense ces derniers mois entre l’Occident et la Russie, à couteaux tirés depuis l’invasion russe de l’Ukraine et qui tentent chacun de rallier à leurs camps les pays africains. Ces derniers ont eux été frappés de plein fouet par les fortes hausses de prix, alimentaires notamment, enregistrées depuis.

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité