Samedi, 22 juin 2024
• • •
    Publicité

    Pageboy : autoportrait d’un artiste

    Né en Nouvelle-Écosse, le parcours d’Elliot Page n’a pas été de tout repos puisque, alors même qu’il amorçait une réflexion identitaire déterminante, il était propulsé sous le feu des projecteurs hollywoodiens au cœur d’une industrie qui ne pouvait concevoir qu’il soit autre chose qu’une jeune fille cisgenre hétérosexuelle. La réalité était cependant toute autre !

    On pourrait croire que la célébrité offre une plus grande liberté dans l’expression de ce que l’on est véritablement, mais elle peut également constituer une cage séduisante dans laquelle on se retrouve bien vite prisonnier. C’est d’autant plus vrai pour un acteur ou une actrice dont le métier est de jouer un rôle et pour qui le réflexe naturel peut bien souvent être de plonger tête première dans l’interprétation de ce qui est attendu.

    Le récit nous entraine dans la petite enfance (au cours de laquelle, dès l’âge de 6 ans, il demande s’il peut être un garçon) et l’adolescence de celui qui porte alors le nom d’Ellen, dans un parcours marqué par l’intolérance et l’incompréhension. Vies professionnelle et personnelle deviennent intrinsèquement liées puisque, en 2007, le film Juno cristallise l’identité féminine d’Ellen dans l’imagerie populaire. En 2022, la saison 3 de The Umbrella Academy présente une transition publique assumée de l’acteur et du personnage de Vania vers un identitaire masculin : Ellen vers Elliot et Vania vers Viktor.

    L’événement est à ce point banal et tranquille dans la série qu’on serait porté à croire qu’il se veut un reflet de la réalité, mais c’est tout le contraire. En effet, la peur, la honte, les brimades, le harcèlement, la culpabilité, voire les troubles alimentaires ont constitué le pain quotidien de l’acteur, alors même qu’il marquait les esprits dans des superproductions (Inception, X-Men : Days of Future Past).

    L’ouvrage se révèle bien plus qu’une fenêtre ouverte sur les hauts et les bas qui ont ponctué l’existence d’Elliot Page, puisqu’il offre également une rare occasion de toucher plus concrètement à la dysphorie de genre et aux pressions exercées par les médias.

    INFOS | Pageboy : autoportrait d’un artiste / Elliot Page. Paris : Kero, 2023, 287 p.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité