Samedi, 18 mai 2024
• • •
    Publicité

    Le contenu de Fugues invisible au Canada sur Facebook et Instagram

    Vous avez peut-être entendu parler du projet de loi C-18 qui vise à renforcer l’équité des relations économiques entre les entreprises de nouvelles et les plateformes de communication. Cette loi, dont les règlements devront être appliqués d’ici le début de 2024, forcera les plateformes de communications en ligne — réseaux sociaux notamment, mais aussi moteurs de recherche — à partager une partie des revenus publicitaires générés par la diffusion de nouvelles des médias canadiens (petits ou gros). Autrement dit, cette loi veut corriger l’iniquité que ces réseaux ont eux-mêmes créée par leurs algorithmes.

    En réaction, pour ne pas avoir à partager leurs revenus, Google et Meta (Facebook, Instagram, Threads) ont décidé cet été de commencer à bloquer au Canada la circulation du contenu journalistique, qu’ils considèrent comme du «marketing gratuit» pour les médias.

    Près d’une centaine de publications canadiennes de toutes dimensions ont dû fermer leurs portes au cours des trois dernières années, principalement en raison de la baisse de leurs revenus publicitaires. Au Canada — comme à peu près partout dans le monde —, les géants du web récoltent la part du lion des revenus publicitaires, soit jusqu’à 80 % d’un marché de 9 milliards de dollars.

    Jusqu’à présent, les géants du numérique avaient opéré sans garde-fou, profitant d’un espace quasiment non réglementé. Mais les démocraties dans le monde commencent à se réveiller et le
    Canada fait partie de ce mouvement. Ottawa souhaitait corriger la situation en rétablissant un rapport de force entre les publications et les géants du web. Le Projet de loi C-18 a donc été développé pour forcer un cadre de négociations afin d’établir des balises pour évaluer la valeur du contenu et la compensation appropriée. Meta se doit de rétablir l’accès de la population canadienne aux nouvelles d’ici et respecter les lois canadiennes au lieu de tenter de les contourner.

    LIRE : Projet de loi C-18 : Loi concernant les plateformes de communication en ligne rendant disponible du contenu de nouvelles aux personnes se trouvant au Canada (Site du Gouvernement du Canada)

    Suite à l’adoption de la loi C-18 en mai dernier au Canada, Facebook a commencé à tester différents systèmes de blocage des fils de nouvelles liés aux médias canadiens. Le blocage s’est accentué et, en date du 8 août, la majorité des comptes INSTAGRAM et FACEBOOK (deux divisions de META) des médias canadiens sont maintenant bloqués.


    Rappelons qu’une loi similaire adoptée en 2021 en Australie — et dont le Canada s’est inspiré — a permis au secteur des médias australiens d’empocher environ 200 millions $ dès la première année, malgré des tactiques similaires d’intimidation utilisées par les plateformes.

    Pourquoi ne puis-je pas partager ou afficher du contenu d’actualité sur Facebook ? (lien externe)

    À l’instar de nombreux autres média, FUGUES — principal média LGBTQ+ francophone canadien, a commencé à voir une partie de ses contenus être bloquée sur Instagram et sur Facebook depuis la mi-juillet, ce qui a un impact sur la visibilité des articles.

    L’attitude actuelle de Facebook s’apparente à de l’intimidation pure et simple. Meta se sert de sa position de monopole, prend en otage les médias d’ici et leurs lecteurs. Le blocage sur Facebook et Instagram des comptes d »entreprises médiatiques canadiennes a un impact direct à court termes sur l’achalandage des sites ce qui aura une incidence sur les revenus publicitaires.

    Que des plateformes de diffusion comme Facebook et Instagram choisissent de priver les lecteurs d’une information rigoureuse parce qu’elles ne souhaitent pas payer leur juste part est socialement irresponsable.

    Il est paradoxal de constater que Meta se dit incapable de censurer les propos haineux et la désinformation, mais qu’elle trouve les moyens de censurer le journalisme crédible. La contradiction est évidente et me semble un argument supplémentaire pour réclamer une transparence algorithmique pour dévoiler comment les géants du web ciblent leurs publics.

    • • •

    LA SITUATION ACTUELLE DOIT CHANGERQUE POUVEZ-VOUS FAIRE ? 

    • Si vous résidez au Canada, au lieu de passer par Facebook ou Instagram, vous êtes encouragés à vous rendre directement sur le site web de Fugues pour trouver l’information dont vous avez besoin. 

    • Si vous ne l’êtes pas encore, abonnez-vous à l’Infolettre de FUGUES qui est envoyée deux fois par semaine.  Je m’abonne à L’INFOLETTRE   https://www.fugues.com/newsletter-signup/

    • Vous avez un grand cercle d’ami LGBTQ+ ? Pourquoi ne pas les inviter à s’inscrire à l’INFOLETTRE de Fugues… via le lien ci-haut.

    • Vous pouvez évidemment vous abonner à l’édition imprimée du magazine Fugues et le recevoir à la maison. Je m’abonne au MAGAZINE https://jesoutiens.fugues.com

    • Vous pouvez soutenir l’action de l’équipe en faisant un don ponctuel ou récurrent.
    Je soutiens   https://jesoutiens.fugues.com

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    1 COMMENTAIRE

    1. Je trouve cela irrespectueux de la part de ces géants de prendre les gens pour des idiots.
      J’étais abonné à Facebook ainsi qu’à Whatsapp
      Deux sites qui appartiennent à META.
      Je me suis désabonné de ces sites et j’encourage les gens a faire de même.

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité