AccueilAutosAu volant septembre 2023

Au volant septembre 2023

Rendant la voiture de location à l’aéroport à la fin de mes vacances en juillet dernier, je découvre que le locateur a déjà en location le Volkswagen ID Buzz, dans sa version européenne. Pour l’Amérique du Nord, on nous promet une version allongée (LWB) du mythique minibus de Volkswagen Kona 2024. Le temps me manquait pour qu’un.e employé.e de l’agence de location me fasse découvrir l’intérieur du Buzz, mais je me suis dit que lors de mon prochain séjour je me laisserai tenter par ce véhicule qui ne devrait pas tarder à faire le « buzz » sur nos routes (jeu de mots un peu facile, je l’avoue).

VinFast dans le vent
J’ai aperçu, stationné près du Village, le premier VinFast VF 8. Le constructeur vietnamien arrive un peu par la petite porte. Il ne fait pas autant de bruit dans la sphère automobile que d’autres marques ou d’autres modèles mieux établis en Amérique du Nord. VinFast a mis sur la glace son projet de louer des batteries au Canada. Pour l’instant, la direction de VinFast n’a pas émis de commentaires sur cet abandon ni précisé s’il était définitif. Le plan prévoyait une location mensuelle variant selon les kilomètres effectués par mois, moins de 500 km par exemple, ou encore une location avec kilométrage illimité. Pourtant, la direction affirme que selon leur prévision, 50 % des futur.e.s acheteurs et acheteuses opteraient pour la location de batteries.
 
Actuellement sur le marché canadien, seuls deux modèles sont disponibles : le VUS F8 et un VUS pleine grandeur VF 9. Le premier se détaille entre 64 990 $ et 75 000 $ et le second entre 103 790 $ et 120 000 $. S’inspirant peut-être de Tesla, il n’y a plus d’écrans de contrôle derrière le volant. Tout est réuni sur un immense écran central de 15,6 cm qui réunit l’infodivertissement et les informations relatives à la conduite, éliminant ainsi tous les commutateurs et autres boutons de réglage et rendant l’environnement particulièrement spartiate. En revanche, les adeptes du minimalisme apprécieront.
 
Suzuki Crosstrek 2024 : changement dans la continuité
On aime le Crosstrek au Canada puisque c’est le modèle le plus vendu du constructeur proposé sur le territoire. Il est de plus souvent recommandé comme le meilleur VUS de taille sous-compacte de sa génération. Pour son dixième anniversaire de présence ici, le Crosstrek se refait une beauté et bénéficie de nombreuses améliorations pour faire face à la concurrence. Il faudra tout de même avoir un œil averti pour distinguer la nouvelle mouture des anciennes. Subaru est reconnu pour faire évoluer ses modèles dans la douceur. Si, généralement, un modèle renouvelé gagne en grandeur, le Crosstrek 2024 n’offre pas plus d’espace que celui qu’il remplace, et ses dimensions extérieures sont sensiblement les mêmes.
 
Pourtant, tous les panneaux de carrosserie sont nouveaux, les blocs optiques et la calandre ont été redessinés. On a opté pour un châssis plus rigide — ce qui était déjà une des forces du Crosstrek — l’amortissement n’en sera que meilleur. On a choisi aussi pour la mouture 2024 d’améliorer l’insonorisation ou encore le maintien sur les sièges avant.
 
Aucun changement sous le capot, si ce n’est l’abandon du Crosstrek hybride rechargeable. On retrouve donc les mêmes quatre cylindres de 2 L et de 2,5 L associés à une boite automatique à variation continue, le constructeur ayant abandonné la boite manuelle pour le marché nord-américain. Avec une motorisation inchangée, la consommation sera identique à celle des modèles précédents.
 
Pas de grand changement notable à l’intérieur de ce VUS sous-compact. Notons simplement un écran tactile plus grand (11,6 po) disposé verticalement au centre du tableau de bord, pour les versions les mieux équipées. Le Crosstrek de base se voit attribuer deux écrans de 7 po. Enfin, les fonctionnalités Apple Carplay et Android Auto sont accessibles sans fil.
 
Des petits changements qui seront grandement appréciés par ceux et celles qui opteront cette nouvelle version. D’autant que Subaru bénéficie d’une clientèle fidèle, qui n’hésite pas à acheter le même modèle dès qu’il subit une refonte. Hyundai Kona 2024 : un peu plus long, un peu plus large, un peu plus haut  Loin de s’inscrire dans les traces de Subaru qui joue la carte du changement dans la discrétion, la nouvelle mouture du Hyundai Kona joue la carte de l’expansion. De plus, il sera facilement reconnaissable entre autres avec les feux de jour réduits à une bande lumineuse qui ceinture l’avant du véhicule. Le VUS sous-compact phare de Hyundai tient également à se démarquer avec des lignes plus épurées en éliminant le relief sur le hayon arrière.
 
Le Kona 2024 a été pensé comme un véhicule électrique. Des versions à essence sont disponibles, mais elles sont déclinées à partir de la matrice du Kona électrique. Un changement notable, puisque généralement on sortait en premier un véhicule à motorisation traditionnelle, à partir duquel on dérivait ensuite une version électrique. Un indice de la disparition progressive des motorisations thermiques.
 
Qui dit modèle plus grand, dit plus d’espace pour les occupant.e.s et un volume de chargement plus grand, ce qui sera sans doute apprécié par la clientèle.
 
Pour le modèle électrique, le constructeur coréen annonce une autonomie de 418 km avec une seule charge et l’on peut atteindre une charge de 80 % en 43 minutes à partir d’une borne de recharge rapide. Autre nouveauté : Hyundai propose la conduite à une seule pédale. Entendre que le freinage commence lorsque vous soulevez le pied de l’accélérateur, ce qui demandera aux utilisateurs et utilisatrices un temps d’adaptation pour être à l’aise avec cette nouvelle technologie. Cependant, ce système a toutes les chances de se retrouver dans l’ensemble des véhicules dans quelques années.
Hyundai n’a pas abandonné pour autant le Kona, version essence. On retrouve deux motorisations. La première est un quatre cylindres de 2 L, associé à une boite automatique à variation continue. Petit changement pour la version N-Line équipée d’un quatre cylindres turbo de 1,8 L : la transmission est revenue à une automatique conventionnelle de 8 rapports remplaçant la boite robotisée à double embrayage et 7 rapports.
 
Les premiers Kona 2024 devraient être en vente sur le marché à partir de la fin de cet automne, avec des prix s’échelonnant de 25 999 $ à 38 499 $ selon les versions. Pour le Kona électrique, au moment de la publication, les prix n’avaient pas encore été annoncés. j’emprunterai à Danton : il nous faut de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace. Le révolutionnaire terminait par : et la France sera sauvée. En fait, l’hésitation à un rond-point quand on cherche la bonne direction, une conduite plus relaxe pour admirer le paysage, ne pas faire peur aux piéton.ne.s en freinant au dernier moment pour les laisser passer, n’ont pas leur place. Il faut aller vite, et respecter toutes les indications, informations, et autres flèches sur les panneaux que lorsqu’on ne peut plus faire autrement. Avant de surveiller sa conduite, il faut commencer par surveiller les autres usagers-gères de la route. Ils et elles ne vous ferons aucun cadeau. Et ils et elles vous le feront savoir, injures comprises.

Pour mon malheur, l’escargot au volant duquel j’étais ne m’a pas aidé pour entrer dans la danse et jouer ma partition avec brio, souvent en retard sur le tempo. Le conseil que je me donne déjà pour le prochain voyage, c’est de bien choisir mon véhicule de location pour qu’il m’aide à me fondre dans la circulation et ne plus apparaître comme un touriste au volant… dans mon pays d’origine.

Du même auteur

SUR LE MÊME SUJET

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité