Jeudi, 18 juillet 2024
• • •
    Publicité

    La LNH annule son interdiction des rubans Arc-en-ciel sur les bâtons de hockey… mais conserve celle sur les maillots

    Après avoir fait face à de nombreuses réactions négatives, à la suite de l’adoption début octobre de nouvelles règles visant à interdire le ruban arc-en-ciel de la fierté sur les bâtons de hockey lors des matchs disputés sur la glace, la Ligue nationale de hockey (LNH) est finalement revenue sur sa décision. Ces nouvelles règles représentaient une escalade des politiques homophobes déjà imposées par la ligue.  

    Rappelons que depuis juin 2023, à la suite des critiques et pressions de groupes conservateurs plus vocaux au cours des deux dernières années, il est interdit aux joueurs de la LNH de porter des maillots de la fierté pendant les échauffements, comme cela se faisait pourtant sans problème depuis plusieurs années déjà, et ce, dans presque toutes les équipes de la ligue, pour montrer le soutien des joueurs à une plus grande inclusion de la diversité sexuelle dans le sport professionnel.  

    Et début octobre dernier, la LNH est allée plus loin et avait également ajouté l’interdiction d’enrouler du ruban arc-en-ciel sur les bâtons de hockey.  

    Certains critiques ont qualifié de «Don’t Say Gay» de la LNH, cette interdiction de l’arc-en-ciel, la comparant aux malheureuses lois homophobes votées en Floride, qui empêchent d’aborder même indirectement le sujet de l’orientation sexuelle ou de genre dans les écoles primaires et secondaires. 

    Revirement de situation, le mardi 24 octobre, la LNH partageait sur la plateforme X, la brève déclaration suivante : « Après consultation avec l’Association des joueurs de la LNH et la Coalition pour l’inclusion des joueurs de la LNH, les joueurs auront désormais la possibilité de représenter volontairement des causes sociales qui leur tiennent à cœur avec du ruban adhésif, et ce, tout au long de la saison.» 

    Cette récente décision survient après qu’un premier joueur — Travis Dermott des Coyotes de l’Arizona — ait décidé de défier l’interdiction, en enroulant son bâton de hockey du ruban Arc-en-ciel de la Fierté, lors du match du samedi 21 octobre dernier.  

    Parmi les autres joueurs qui s’étaient publiquement prononcés contre l’interdiction et avaient exprimé leur intention de la défier, figurent Jon Merrill, défenseur du Minnesota Wild et l’attaquant des Flyers de Philadelphie, Scott Laughton.  

    ESPN a rapporté que des représentants de la LNH, de l’Association des joueurs de la LNH et de la Coalition pour l’inclusion des joueurs de la LNH se sont rencontrés, suite de «l’indignation» de joueurs, de participants et de militants, suscitée par l’interdiction. Une première soirée de la fierté de la saison s’est tenue le vendredi 27 octobre. Elle était organisée par l’équipe de Travis Dermott, les Coyotes de l’Arizona. La LNH n’a pas réagi à la tenue de cette « initiative spéciale » dont on ne sait pas vraiment si elle est ou non permise, étant donné le flou des directives actuelles de la LNH.  

    Quoi qu’il en soit, des militants d’une plus grande inclusion dans le sport professionnels ont applaudi le revirement de la LNH.  

    Brock McGillis, ancien joueur de hockey professionnel gai et co-fondateur d’Alphabet Sports Collective (un organisme sans but lucratif queer canadien qui travaille à création d’espaces sécuritaires dans le domaine du hockey pour les personnes de la diversité sexuelle), s’est dit «très heureux» de ce revirement. «Je pense qu’il est essentiel que nous ne réduisions pas au silence la liberté d’expression et le droit des individus de s’exprimer», a déclaré McGillis. «J’étais quelqu’un qui acceptait que les joueurs ne portent pas de maillot parce que c’est leur droit. Je ne veux pas de faux alliés de la part des joueurs ou des équipes. Ce n’est pas différent avec le ruban Arc-en-ciel de la Fierté. S’ils le veulent, laissez-les faire. Et s’ils ne le font pas, laissez-les faire aussi. C’est leur droit.» 

    David Palumbo de You Can Play (cet organisme d’activisme social, fondé en 2012 par Patrick Burke, Brian Kitts et Glenn Witman, vise à éliminer l’homophobie dans le sport) considère que la décision de la LNH est «victoire pour nous tous, bien qu’il reste encore beaucoup de travail à faire. Il est impératif d’accueillir activement les communautés dans le hockey pour maintenir le sport fort, maintenant et à l’avenir».

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité