Jeudi, 20 juin 2024
• • •
    Publicité

    Qualifié d’extrémiste, le «mouvement international LGBT» bientôt interdit en Russie ?

    En Russie, la répression anti-gay bat son plein. Le ministère russe de la Justice a annoncé vendredi avoir demandé l’interdiction pour «extrémisme» du «mouvement international LGBT». Le communiqué de la chancellerie ne précise pas si cela concerne de manière générale le mouvement LGBT+ à travers le monde ou s’il désigne une ou plusieurs organisations existantes. La Cour suprême russe doit étudier dès le 30 novembre cette demande d’interdiction.

    Le ministère indique avoir « déposé une demande administrative auprès de la Cour suprême (…) afin de classer comme extrémiste le mouvement de société international LGBT et d’interdire ses activités sur le territoire de la Fédération de Russie ». Le président russe Vladimir Poutine mène depuis des années une politique qualifiée d’homophobe et transphobe par de nombreux représentants de la communauté LGBT+ et des ONG.

    Depuis l’offensive contre l’Ukraine lancée en février 2022, les autorités russes ont encore multiplié les mesures conservatrices, notamment contre les LGBT+, disant vouloir éliminer des comportements jugés déviants et se posant en rempart moral face à l’Occident jugé décadent. Le Kremlin affirme que les individus sont libres de leur orientation sexuelle, mais que la Russie doit protéger les enfants face à une propagande occidentale qui, selon elle, nie l’existence d’un sexe biologique.

    Bannir de l’espace public l’expression de l’homosexualité 
    Selon les organisations de défense des droits humains, Vladimir Poutine et son régime mènent une politique homophobe et transphobe. « Le pouvoir russe oublie une nouvelle fois que la communauté LGBT+, ce sont des gens, des citoyens de ce pays comme les autres. Et maintenant ils ne veulent pas seulement nous faire disparaître de l’espace public, mais nous interdire en tant que groupe social », a réagi Dilia Gafourova, la directrice du fonds « Sphere », une association de défense des droits LGBT+.

    « C’est une mesure typique des régimes répressifs et non-démocratiques : persécuter les plus vulnérables », a-t-elle poursuivi, promettant de « se battre ».  Amnesty International a dénoncé dans un communiqué une décision« honteuse »et « profondément cynique ». « Vivre en silence et dans la crainte d’être humilié et emprisonné, tel est le prix que l’État veut imposer à d’innombrables personnes LGBTI en Russie », a déploré Marie Struthers, directrice régionale de l’ONG pour l’Europe de l’Est.

    Depuis 2013, une loi interdit en Russie la « propagande » à l’adresse de mineurs de « relations sexuelles non-traditionnelles ».

    En décembre 2022, cette loi a été considérablement élargie. Elle bannit désormais la « propagande » LGBT+ auprès de tous les publics, dans les médias, sur Internet, dans les livres et les films. Enfin, la Constitution russe précise depuis 2020 que le mariage est une union entre un homme et une femme, interdisant de fait les unions de personnes de même sexe.

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité