Dimanche, 16 juin 2024
• • •
    Publicité

    Les queers font rayonner le Québec à travers le monde

    Pour ma dernière chronique en 2023, j’ai eu envie de mettre de côté mes revendications pour laisser place à une observation incontestablement réjouissante : tout au long de l’année, les artistes queers ont fait briller la culture québécoise un peu partout sur la planète. D’ailleurs, ce texte a été écrit le 9 novembre dernier, journée où Kevin Lambert est devenu la troisième plume québécoise de l’histoire à gagner le prix Médicis, après la défunte Marie-Claire Blais (elle aussi des nôtres) et Dany Laferrière.


    Après des semaines à faire les manchettes, Kevin Lambert a finalement reçu le Médicis, l’un des prix
    littéraires les plus prestigieux du monde francophone, pour son roman Que notre joie demeure. Notons dans la même veine la présence du Québécois Éric Chacour sur les listes préliminaires des prix Renaudot et Femina, grâce à son premier roman Ce que je sais de toi, vendu à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires des deux côtés de l’Atlantique. La planète livre a également vibré aux rythmes de Gabrielle Boulianne-Tremblay, qui a récemment visité la Suède et la France avec son roman La fille d’elle-même, et de Chris Bergeron, dont le premier roman Valide est arrivé aux États-Unis et au Canada au début novembre.

    Les drags québécoises ont également fait parler d’elles tout au long de l’année. Peu après avoir offert une grande performance à RuPaul’s Drag Race Canada vs the World à la fin 2022, Rita Baga a animé la version belge de Drag Race, qui fut couronnée de succès et renouvelée pour une deuxième saison. La reine du Canada, Gisèle Lullaby, a tourné en Australie, au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Europe francophone. Les drags kings Rock Bière et RV Métal ont offert des spectacles en Europe durant l’automne. Et la célèbre Barbada, d’une force impressionnante durant la controverse au sujet des lectures adaptées pour les enfants, est apparue sur OutTV un peu partout dans Call me mother et Sew Fierce.

    Au cinéma, la réalisatrice Sophie Dupuis a vu son magnifique film SOLO, dont l’histoire est campée dans l’univers des drags, gagner le Prix du meilleur film canadien au TIFF, festival de cinéma à la réputation internationale qui n’est plus à faire, alors que son interprète fétiche, Théodore Pellerin, a tourné dans deux séries destinées à des plateformes américaines. D’une part, il a incarné le marquis de la Fayette, un héros français de la Révolution américaine, aux côtés de Michael Douglas, dans Franklin, une série produite par Apple. D’autre part, il a joué le grand amour du créateur Karl Lagerfeld, joué par Daniel Brühl, dans la série Kaiser Karl, qui sera diffusée sur Disney+. L’amoureux de Pellerin, l’acteur François Arnaud (The Borgias, J’ai tué ma mère), est apparu dans la deuxième saison de Yellowjackets, en plus de tourner dans le pilote du feuilleton juridique Judgement pour le réseau américain ABC.

    Si la pianiste et compositrice Alexandra Streliski, qui est repartie du plus récent Gala de l’ADISQ avec la statuette de l’artiste s’étant le plus illustré.e hors Québec, son compatriote Jean-Michel Blais n’est pas en reste, alors que les deux musiciens multiplient les spectacles à travers l’Europe et l’Amérique du Nord. Dans un même ordre d’idée, impossible de passer sous silence la prestation remarquée du chanteur David Latulippe dans la nouvelle version de l’opéra rock Starmania, qui fait sensation en Europe et qui sera présentée au Québec en 2024. Le pro des comédies et des revues musicales Philippe Touzel, qui a fait la pluie et le beau temps dans Hair au Québec l’été dernier, continue pour sa part de tourner avec la troupe française du spectacle Je vais t’aimer.

    En musique toujours, la Montréalaise Briannah Donolo, mieux connue sous son nom d’artiste Rêve, est en train d’enflammer la planète ! Celle qui a offert le spectacle de clôture de Fierté Montréal en août dernier accumule les millions d’écoutes sur Spotify, et elle vient de lancer son premier album. À l’autre bout du spectre musical, Yannick Nézet-Séguin dirige non seulement l’Orchestre métropolitain de Montréal, l’Orchestre Philharmonique de Philadelphie et celui du MET de New York, mais il a également guidé l’acteur Bradley Cooper dans la création de son personnage de chef d’orchestre pour le film Maestro, et l’actrice Sophie Desmarais dans le film de la réalisatrice québécoise Chloé Robichaud, Les jours heureux.

    Mentions spéciales aux fans européens de la série Web MonBro, aux nombreux prix récoltés à l’international par Simon Boulerice avec la série Géolocaliser l’amour, ainsi qu’à la diffusion française de La nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé, l’adaptation télé qu’a réalisée Xavier Dolan avec la pièce de Michel Marc Bouchard.

    On ne peut évidemment pas oublier de mentionner les innombrables productions des pièces de Bouchard, de Michel Tremblay et de Robert Lepage, qui sont jouées chaque année dans plusieurs pays à travers le monde.

    La preuve que le Québec serait bien dépourvu pour se gargariser à l’international sans l’apport inestimable des artistes LGBTQ+. La preuve, aussi, que même quand j’essaie de ne pas militer ni de prendre position dans une chronique, j’échoue un petit peu… avec grand plaisir.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité