Vendredi, 21 juin 2024
• • •
    Publicité

    This Bed We Made et l’équipe derrière ce jeu inclusif

    Quatre années après sa fondation, le studio montréalais Lowbirth Games débarque enfin avec This Bed We Made, une toute première proposition vidéoludique. Le résultat est un hommage inclusif aux œuvres d’Alfred Hitchcock et d’Agatha Christie, fermement implanté dans la Belle Province. Rencontre avec le trio à l’origiine de This Bed We Made.

    Pouvez-vous nous parler un peu de vous et de votre implication dans This Bed We Made ?
    Lowbirth Games : Nous — Raphaëlle, Olivier et Chloé Lussier — formons le trio familial à l’origine de Lowbirth Games. Collaborant depuis l’enfance, nous avons grandi en partageant une passion pour la création et l’innovation. Notre projet, This Bed We Made, est le fruit de cette complicité de longue date. Raphaëlle, avec son œil artistique, a capturé l’essence du Montréal des années 50, et Olivier a habilement tissé les cinématiques et les dialogues, donnant vie à l’histoire. Chloe, dans son rôle de PDG, a contribué à orienter le projet vers les objectifs du studio, en s’assurant que la création reste alignée avec nos valeurs. En tant que co-fondateurs.trices, nous avons tous apporté notre touche personnelle, veillant à ce que le jeu reflète nos idéaux et notre engagement envers l’authenticité. Ces quatre années de développement nous ont également permis de nous entourer d’une équipe dévouée et talentueuse, chacun apportant sa pierre à l’édifice, rendant This Bed We Made non seulement un jeu, mais une véritable aventure partagée.

    Quelles sont les origines de This Bed We Made ? Comment ce jeu a-t-il évolué au cours de son cycle de développement pour arriver là où il est aujourd’hui ?
    Lowbirth Games : Nous souhaitions créer un jeu centré sur notre fascination pour la vie des autres, un thème très d’actualité avec la popularité des téléréalités et l’omniprésence des médias sociaux. Il s’agit d’un aspect qu’on retrouve également beaucoup dans les jeux vidéos (même dans des jeux d’action, on peut souvent s’arrêter pour fouiller les tiroirs et lire les lettres de différents personnages), mais cette curiosité pour autrui y est rarement explorée en profondeur. Une femme de chambre d’hôtel nous a semblé le personnage parfait pour aborder la question, puisque son emploi lui donne accès aux vies privées de parfaits inconnus. C’est ainsi que Sophie, notre protagoniste très fouineuse, est née!
    Durant la première année de développement, nous avons travaillé seuls sur le projet.

    OLIVIER LUSSIER

    À l’époque, le jeu ne comportait aucun personnage non jouable (PNJ) et il n’était possible d’explorer qu’un seul étage de l’hôtel. En 2020, nous avons eu la chance de rejoindre l’Indie Asylum de Montréal, un hub collaboratif de studios de jeux vidéo québécois, puis nous avons obtenu du financement du Fonds des Médias du Canada. Cela nous a permis d’embaucher nos premiers employé.e.s et d’accroître les ambitions du jeu. Nous avons notamment ajouté deux nouveaux personnages, Andrew et Beth, que le joueur.euse peut choisir comme “acolyte” afin de l’aider dans la résolution du mystère. Nous avons également été en mesure d’ajouter des sous-intrigues à l’histoire et de nouveaux étages à l’hôtel. Malgré tous les changements apportés en cours de route, la fascination pour la vie des autres est toujours restée au cœur du jeu.

    À quels thèmes et/ou mécanismes This Bed We Made fait-il appel ?
    Lowbirth Games : Les mécaniques de jeu de This Bed We Made invitent à une immersion profonde dans les histoires intimes et les secrets des personnages, que ce soit par le biais de dialogues interactifs avec les collègues de Sophie, ou par l’exploration des chambres des client.e.s et l’examen attentif de leurs possessions. Notre objectif était de créer une expérience où chaque découverte apporte une nouvelle perspective sur l’intrigue et pousse le joueur.euse à développer de l’empathie pour des personnages qu’il ou elle ne rencontrera peut-être même jamais. Au-delà de la fascination pour la vie des autres, le jeu aborde des thèmes encore trop rarement abordés en jeux vidéo, tels que l’invisibilité des personnes marginalisées et le stigma entourant la santé mentale. Il est important pour nous de repousser les limites du genre d’histoires qu’il est possible de raconter par le biais du médium vidéoludique.

    À quel point ou de quelle manière le jeu est-il être queer ?  Est-ce que cela dépend principalement des joueurs ?
    Lowbirth Games : Le jeu invite le joueur.euse à choisir un ou une “acolyte” (Andrew ou Beth), qu’il est possible de romancer. Choisir Beth comme partenaire d’enquête peut donc mener à une relation queer avec Sophie. Il s’agit du seul aspect queer du jeu qui est laissé entre les mains du joueur.euse. Sans trop tomber dans les divulgâcheurs, plusieurs personnages essentiels à l’intrigue sont également queer. Le jeu comporte plusieurs fins, certaines plus positives, d’autres plus négatives, et l’atteinte d’une “bonne” fin nécessite une réflexion du joueur.euse par rapport aux enjeux auxquels faisaient face les personnes queer dans les années 50.

    CHLOÉ LUSSIER

    Quel genre de recherche l’équipe a-t-elle effectué pour créer une identité queer mais aussi des atouts authentiques, des conceptions de personnages qui semblent fidèles à l’époque dans laquelle se déroule le jeu ?
    Lowbirth Games : Nous avons effectué énormément de recherches historiques autant avant que pendant le développement de This Bed We Made. C’est le documentaire canadien Forbidden Love: The Unashamed Stories of Lesbian Lives, disponible gratuitement sur le site web de l’ONF, qui nous a d’abord donné envie d’explorer la vie de personnages queer dans le Canada des années 50. Le film nous a également mis sur la piste des romans “pulp” lesbiens de l’époque, qui ont été une grande source d’inspiration pour le jeu. Le roman The Price of Salt, et son adaptation cinématographique Carol, nous ont aussi beaucoup influencés.

    Au-delà de la recherche historique, ce sont surtout les expériences personnelles de notre équipe d’auteurs qui confèrent à nos personnages queer leur authenticité. Nous avons eu la chance de naître dans les années 90, dans une société beaucoup plus ouverte et inclusive que celle des années 50. Néanmoins, certaines réalités sont assez universelles à la plupart des personnes queer, peu importe l’époque. Nous avons donc pu puiser dans nos propres amours secrets et nos propres expériences de discrimination, tout en nous assurant de toujours les recontextualiser dans le cadre des années 50.

    Le jeu est disponible et sur quelle plateforme ?
    Lowbirth Games : This Bed We Made est disponible sur PC et PlayStation 5 depuis le 1er novembre, et sera également disponible sur PS4 et Xbox Series X et S à partir du 13 décembre. Nous sommes très fier.e.s du jeu et souhaitons le rendre accessible au plus grand nombre de joueurs.euses possible!  

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité