Samedi, 13 juillet 2024
• • •
    Publicité

    Helena Black, drag queen conteuse d’histoire contre l’homophobie au Brésil

    «Le véritable amour de la princesse n’était pas le prince Feboni aucun autre homme : c’était la couturière». Celle qui raconte cette histoire devant des enfants est Helena Black, une drag queen qui lutte contre l’homophobie au Brésil.

    « Les enfants ne naissent pas avec des préjugés. Ils ne sont ni homophobes ni racistes. Ce sont les adultes, » qui leur transmettent ces préjugés, lance Helena Black, nom de scène de Paulo Reis.

    Professeur d’arts et acteur de 40 ans, il se décrit comme homosexuel, noir et issu de la banlieue. Avec ce personnage, il entend combattre les violences envers la communauté LGBT+ dans un pays où 2,9 millions de personnes se déclarent homosexuelles ou bisexuelles sur 213 millions d’habitants.

    Deux princesses amoureuses
    Maquillage prononcé, perruque fuchsia imposante et tutu scintillant, Helena marche d’un coin à l’autre en racontant cette histoire d’amour, dans le centre social de Sao José dos Campos, près de Sao Paulo.

    Des personnes de tous les royaumes voisins ont assisté au mariage. Certains par amitié, d’autres par curiosité de voir une union entre deux femmes.Extrait du spectacle d’Helena Black

    Comme dans toute histoire de princesse, le dénouement est heureux – mais atypique : « Des personnes de tous les royaumes voisins ont assisté au mariage. Certains par amitié, d’autres par curiosité de voir une union entre deux femmes »,narre Helena, qui interprète le conte de l’autrice brésilienne Janaina Leslao à l’aide de poupées.

    L’histoire se termine sous les applaudissements.

    Le Brésil et ses lois homophobes
    Si l’homophobie et la transphobie y sont considérées comme des crimes depuis 2019, le Brésil est le pays le plus violent envers les personnes trans, avec une centaine de morts entre octobre 2022 et septembre 2023, selon une étude de l’ONG Transgender Europe menée dans 35 pays. Et une initiative parlementaire fait son chemin pour interdire le mariage entre personnes de même sexe, validé par la Cour suprême en 2011.

    Depuis 2017, Paulo Reis raconte des histoires sur les thématiques LGBT+ à des enfants et des adultes dans des dizaines de centres culturels et bibliothèques de Sao Paulo et d’autres Etats du pays. La mairie de Sao Paulo, plus grande mégalopole d’Amérique latine, parraine ces représentations au travers d’une initiative appelée « Maman, il y a une drag queen qui raconte des histoires ! »

    « Acte politique »
    Pour ce Brésilien né dans une famille pauvre, l’art est la principale source de revenus.

    Une drag queen peut aussi éduquer et occuper d’autres espaces que les salles de spectacles et les activités à caractère sexuel. Paulo Reis

    « Une drag queen peut aussi éduquer et occuper d’autres espaces que les salles de spectacles et les activités à caractère sexuel« , expose-t-il. Sa présence dans les espaces culturels, « c’est un acte politique, de résistance ».

    Vanessa Marques, artisane de 44 ans, a assisté avec sa fille Maria Beatriz, 8 ans, à un spectacle d’Helena Black à Guarulhos, près de Sao Paulo. « J’étais curieuse, mais étant catholique, j’étais un peu inquiète », reconnaît-elle. Finalement, « j’ai brisé les préjugés et cette première approche des thématiques LGBT pour ma fille correspond au message que je veux lui transmettre : nous devons nous aimer, indépendamment de nos préférences, races ou religions ».

    Pour Roberval Rodolfo de Oliveira, coordinateur des arts scéniques au centre socio-culturel de Sao José dos Campos, il est important « d’élargir la compréhension des enfants et de faire d’eux des agents de paix, contre la violence ». Si cela peut en gêner certains, « déranger est inhérent à l’art », tranche-t-il.

    La princesse et la couturière
    Helena Black porte son message jusque dans le monde de l’entreprise. Elle a ainsi interprété La princesse et la couturière devant des dizaines de travailleurs d’une raffinerie de Petrobras, le géant public brésilien du secteur pétrolier.

    C’était une bonne expérience de pouvoir raconter une histoire LGBT+ devant un public majoritairement masculin, dans une ambiance typiquement hétérosexuelle. Paulo Reis

    « C’était une bonne expérience de pouvoir raconter une histoire LGBT+ devant un public majoritairement masculin, dans une ambiance typiquement hétérosexuelle », raconte Paulo Reis. Après cette « conquête », le comédien rêve désormais de se faire une place à la télévision ou sur les plateformes de streaming pour « éviter que le Brésil n’ignore encore une fois un artiste homosexuel, noir et de banlieue ».

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité