Samedi, 22 juin 2024
• • •
    Publicité

    Savez-vous ce qu’est un VZE ?

    En court, c’est un véhicule zéro émission. Le Canada veut en faire la promotion pour atteindre en 2035 l’interdiction de vente de véhicules neufs à essence. Un programme assez ambitieux, car malgré une augmentation substantielle de ce type de véhicule, plusieurs personnes sont encore réticentes à abandonner le moteur thermique. Et ce n’est pas seulement le prix qui les retient. Explications.

    À l’échelle du Canada, le Québec peut se féliciter d’atteindre 20 % pour l’achat de VZE, juste derrière la Colombie-Britannique (23 %) et l’Ontario, ce qui constitue 91 % du total des VZE vendus au Canada. Mais, sur l’ensemble des véhicules vendus sur le territoire et toutes motorisations confondues, cela ne représente que 12,1 %. Les chiffres proviennent de Statistique Canada, qui a compilé les immatriculations du troisième trimestre 2023.

    Il semblerait que bon nombre ne savent toujours pas que les gouvernements fédéral et provincial offrent des subventions pouvant atteindre 12 000 $ pour un véhicule neuf électrique ne dépassant pas 65 000 $ à l’achat.

    Le Québec est la province qui se montre la plus généreuse pour l’achat de ce type de véhicule, proposant entre autres les péages et les traversiers gratuits si vous les utilisez avec VZE. De même, il offre des subventions pour les propriétaires qui souhaiteraient se doter d’une borne de recharge rapide dans leur propriété pour un montant de 600 $.

    Des incitatifs à prendre en considération lors de l’achat de votre prochain véhicule.

    Une nouvelle qui inquiète cependant concerne l’augmentation de vol de véhicules au Québec. Les statistiques concernent l’année 2022 et n’ont rien de rassurant. Vingt-neuf voitures sont volées chaque jour, soit une augmentation de 37 %. Et le tiercé gagnant des régions où les voitures disparaissent constitue la région de Montréal, la Montérégie et enfin, les Laurentides.

    FIAT 500e
    Dans une chronique précédente, j’avais dit tout le mal que je pensais de la Fiat 500e essayée sur les routes du Sud de la France. Moteur poussif, lourdeur du changement de vitesse, etc. Pour 2024, Fiat a décidé de frapper fort en proposant le plus petit modèle de sa gamme en version tout électrique. Un bon point, car sa vocation est avant tout urbaine. Le constructeur turinois a profité de l’occasion pour remettre sur la planche à dessin toute la conception de ce modèle prisé en Europe. Plus longue et plus large, la Fiat 500e offre davantage d’espace intérieur aux occupant.e.s. La planche de bord a été redessinée avec le même souci de garder la touche rétro qui évoque la toute première Fiat 500 sortie en 1957. L’écran tactile au centre de la planche de bord gagne aussi en dimension puisqu’il atteint aujourd’hui un peu plus de 10 po, propulsé par le système multimédia Uconnect 5 de Stellantis, compatible avec AppleCar Play et Android Auto sans fil.

    Sous le capot, une seule batterie électrique de 42 kWh, pour une autonomie de 240 km, ce qui est relativement peu comparé à d’autres véhicules électriques et qui démontre sans nul doute sa vocation essentiellement urbaine. Une autre preuve tient aussi dans les trois modes de conduite proposés. Le mode Normal, le mode Range qui permet de conduire avec une seule des deux pédales et donc avec un freinage régénérateur, enfin le mode appelé Sherpa — le plus intéressant — qui limite la vitesse maximale à 80 km/h et la puissance du moteur à 77 chevaux pour économiser la batterie. À partir d’une borne domestique de 240 V, la recharge complète de la 500e prend 4 heures et 15 minutes. Seulement 35 minutes à partir d’une borne rapide à courant continu pour une recharge de 0 à 80 %.
    Gadget, mais qui a tout de même sa raison d’être, le son spécialement conçu pour avertir les piétons qu’une auto s’en vient. Fiat a fait appel à deux compositeurs, Flavio Ibba et Marco Gualdi, pour créer cette trame sonore. Non seulement les piétons seront avertis, mais ils pourront à la longue reconnaître la sonorité particulière du petit véhicule.

    Le prix a été fixé à 39 995 $, mais la 500e se qualifie pour les subventions fédérale et provinciale. Il en coûtera alors que 27 995 $ avant les frais de transport et de préparation. Enfin, chaque vente de l’édition 500e est baptisée RED, du nom de l’organisme qui lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme. Une initiative somme toute intéressante. La 500e arbore une superbe livrée d’un rouge intense.

    Redessinée, encore plus soignée dans sa présentation, la Fiat 500e se rapproche de plus en plus du concept de Dolce Vita, un art de vivre en soi, un choix dicté plus par le cœur que par la raison. Mais le plaisir n’a pas de prix…

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Consommations

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité