Samedi, 13 juillet 2024
• • •
    Publicité

    Le couple Boilard-Hébert : collection privée d’œuvres d’art en exposition à Sherbrooke

    Jusqu’au 9 mars 2024 (l’expo a été prolongée d’une semaine), nos lecteurs et lectrices de la région de l’Estrie pourront voir l’exposition intitulée L’homme dans tous ses états, au Centre culturel Pierre-Gobeil (à Sherbrooke). Il s’agit des œuvres de la collection personnelle du couple Réjean Hébert et Yvon Boilard et portant sur la thématique du masculin. Suzanne Pressé en est la commissaire. On retrouvera des items artistiques amassés par le couple depuis les débuts de leur relation, et ce, que ce soient des œuvres d’artistes locaux ou d’ailleurs dans le monde.
     
    « L’exposition L’homme dans tous ses états présente un large éventail des différentes perspectives esthétiques et culturelles d’artistes — de peintres, de sculpteurs, graveurs, dessinateurs et photographes — sherbrookois, québécois, canadiens, européens, asiatiques et même africains », explique Suzanne Pressé qui est conservatrice et historienne de l’art.

    « Cela fait 25 ans qu’on collectionne des pièces d’art, de dire le Dr Réjean Hébert. Depuis notre toute première rencontre, dans un restaurant à Saint-Jean-Port-Joli, il y avait une exposition de figures masculines, cela nous a tout de suite intéressés à tous les deux et c’est ainsi que cela a commencé. On a acquis des œuvres au gré de nos voyages souvent. »

    « Grâce à des contacts avec des amis, des visites d’ateliers d’artistes ou d’artisans, parfois c’était complètement par hasard qu’on tombait sur un artiste, on avait toujours du plaisir [d’acquérir des œuvres]. On ne pensait pas en termes de collectionneurs, de valeur [marchande] ou pour le commerce, nous n’avons jamais eu cette dimension de “collectionneurs”, cela a toujours été plutôt pour le plaisir d’avoir ces œuvres avec nous. Nous avons toujours aimé aller voir des expositions et parler avec les artistes et les connaître et en apprendre sur eux », explique pour sa part le Dr Yvon Boilard.

    « L’homme, pas l’Humanité ; avec un petit h : le mâle. Sujet d’amour, objet de désir. Nu, vêtu ; enfant, âgé. Peint sur toile, sur bois, gravé, photographié. Sculpté, en bronze, en acier, en bois, en papier. Œuvre d’art, d’artisanat, de culture, de piété, de souvenir. Déniché en galerie, en atelier, en boutique, au hasard des rues, en voyage, à l’encan. L’homme révélé, collectionné, sorti du placard, exposé », indiquent Yvon Boilard et Réjean Hébert.

    Ainsi, sur plus d’une centaine de pièces acquises au fil du temps, on pourra « voir une soixantaine d’œuvres durant l’exposition », rajoute le Dr Boilard. On s’est aperçus qu’on achetait des œuvres et des figures à la thématique masculine, mais on a aussi plusieurs pièces qui n’ont pas de lien avec ce thème-là du tout », de dire le Réjean Hébert qui a été ministre de la Santé et des Services sociaux dans le gouvernement péquiste de Pauline Marois. 

    « Beaucoup d’amis nous ont motivés à montrer nos œuvres en public, explique le Dr Hébert. Nous avons des amis et des enfants qui collectionnent eux-mêmes des œuvres et qui désiraient que le public puisse voir nos œuvres. C’est la motivation principale de l’événement. » « De mon côté, j’étais un peu plus réservé face à une exposition parce que cela montre une part de notre intimité que les gens découvrent à travers cette exposition.

    OEUVRE : PALLEGOIX

    D’un autre côté, c’est quelque chose de beau aussi […] », rajoute le Yvon Boilard, qui a été professeur de médecine de famille à la Faculté de médecine et des sciences de la santé de l’Université de Sherbrooke. Bien sûr, on retrouve des artistes de la communauté comme Mathieu Laca, Daniel Barkley, Stephen Schofield ou encore le défunt Zïlon. Mais « ce n’est pas une exposition d’artistes gais », précise le Dr Boilard. « Nous achetons des œuvres d’artistes de la communauté parce qu’ils voient les choses du même regard que nous, mais ce n’est pas un critère. On va généralement acheter une pièce parce qu’elle nous plaît. Et cette expo s’adresse à tout le monde, en plus d’être située dans un très beau centre d’art », dit le Réjean Hébert.

    Chaque œuvre possède une histoire : le lieu où ils l’ont achetée, l’artiste de qui ils se la sont procurée, les discussions qu’ils ont eues avec ces derniers, les ateliers qu’ils ont visités, etc. « Par exemple, il y a cette photo de Raymonde April, on voit son mari telle une ombre dans un coin et l’amant de son mari puisqu’ils vivent à trois, c’est très particulier », ajoute le Dr Hébert. « La photo est intrigante et ne signifie pas grand-chose si on ne sait pas le contexte », de renchérir le Dr Boilard.  Initialement, cette exposition devait avoir lieu il y a quelques années, mais la pandémie de COVID-19 est venue tout chambarder. Entre-temps, le couple a continué d’acquérir des œuvres et de s’intéresser au monde de l’art. On peut donc en profiter maintenant et jusqu’au 3 mars prochain. À noter ici que le Dr Réjean Hébert, reconnu pour ses recherches en gérontologie, a été tout récemment promu officier de l’Ordre du Canada pour son « travail en faveur de l’autonomie des personnes âgées et son apport à l’élaboration de politiques dans ce domaine ». Nous le félicitons chaleureusement pour cette distinction.

    INFOS | Au Centre culturel Pierre-Gobeil, 970, rue du Haut-Bois, Sherbrooke.
    Tél. 819-564-1091 ou https://www.centreculturelpg.com

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité