Jeudi, 25 avril 2024
• • •
    Publicité

    Poilievre opposé aux femmes trans dans le sport féminin ou les espaces non mixtes

    Pierre Poilievre estime que les « hommes biologiques », même s’ils ont une identité de genre féminin, n’ont pas leur place dans les disciplines sportives féminines ou dans les espaces non mixtes réservés aux femmes, comme les toilettes ou les vestiaires.

    M. Poilievre a déclaré aux journalistes qu’il croyait que « les espaces réservés aux femmes devraient être exclusivement réservés aux femmes et non aux hommes biologiques » à la naissance. 

    Cette position est conforme à une résolution votée par les membres du Parti conservateur lors de leur congrès de l’automne dernier à Québec. La résolution stipule que les femmes devraient avoir accès à des « espaces non mixtes » dans des domaines comme les prisons, les toilettes, les vestiaires et le sport. 

    Des débats au sein de législatures dans des États américains ont incité des élus à interdire aux personnes transgenres d’utiliser des espaces correspondant à leur identité de genre. 

    De passage à Edmonton mercredi, le premier ministre Justin Trudeau a accusé le chef de l’opposition de cibler « certaines des personnes les plus vulnérables de la société ». M. Trudeau a soutenu que les politiciens comme M. Poilievre préfèrent creuser des clivages politiques et semer la division plutôt que de se concentrer sur l’offre de « solutions concrètes aux grands problèmes auxquels tous les Canadiens sont confrontés dans leur vie quotidienne ». 

    M. Poilievre a affirmé mercredi que bon nombre de ces « espaces non mixtes » sont de compétence provinciale ou municipale, de sorte que le rôle que pourrait jouer le gouvernement fédéral n’est pas clair. « Mais évidemment, les sports féminins, les vestiaires féminins, les toilettes féminines devraient être réservés aux femmes et non aux hommes biologiques », a-t-il précisé. 

    Les « conservateurs sociaux » 
    C’est la deuxième fois au cours des dernières semaines que M. Poilievre prend publiquement position sur les questions liées à l’identité de genre. 

    Plus tôt ce mois-ci, il a été interrogé sur le projet de la première ministre de l’Alberta, Danielle Smith, visant à empêcher les jeunes d’accéder à des thérapies liées à l’identité de genre, comme les hormones et les « bloqueurs de puberté ». M. Poilievre a répondu que les enfants devraient être capables de faire de tels choix concernant leur corps « quand ils seront adultes ». Lorsqu’on lui a demandé directement s’il s’opposait aux bloqueurs de puberté pour les mineurs de tous genres, il a répondu « Oui ». 

    Depuis qu’il est devenu chef, à la fin de 2022, M. Poilievre ne s’est pas beaucoup éloigné de ce que son parti considère comme les enjeux essentiels pour accroître ses appuis et remporter les prochaines élections fédérales – notamment le coût de la vie, le logement et la criminalité. 

    Jagmeet Singh a estimé mercredi que la déclaration de M. Poilievre montre qu’il ne se soucie pas de « l’épidémie de violence » à laquelle sont confrontées les femmes à travers le pays et des solutions comme l’augmentation du financement des refuges. « Il ne prend pas vraiment au sérieux la protection des femmes », a déclaré M. Singh lors d’une conférence de presse mercredi à Toronto. Les véritables menaces auxquelles sont confrontées les femmes proviennent de leurs partenaires masculins, a déclaré M. Singh, ajoutant que « la véritable menace contre les femmes dans le sport est l’écart de rémunération […] et la violence des entraîneurs ».

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité