Le président ghanéen tiraillé sur la loi anti-LGBTQ+

Le président du parlement ghanéen a suspendu mercredi 20 mars la nomination des nouveaux ministres du gouvernement afin de faire pression sur le chef de l’Etat, Nana Akufo-Addo, qui n’a toujours pas approuvé le projet de loi anti-LGBTQ+ adopté en février par l’Assemblée nationale.

Le président du parlement ghanéen a suspendu mercredi 20 mars la nomination des nouveaux ministres du gouvernement afin de faire pression sur le chef de l’Etat, Nana Akufo-Addo, qui n’a toujours pas approuvé le projet de loi anti-LGBTQ+ adopté en février par l’Assemblée nationale.

PUBLICITÉ

Largement critiquée à l’international, la loi vise à criminaliser les relations de même sexe ainsi que les défenseur·euses des droits de la communauté LGBTQ+.

Alors qu’il ne manque que sa signature pour que la loi entre en vigueur, Nana Akufo-Addo, qui achèvera son second mandat à la fin de l’année et dont la succession donnera lieu à une course électorale serrée, semble jouer la montre en affirmant attendre le jugement de la Cour suprême qui doit se prononcer sur la constitutionnalité de la loi.

Dans ce qui semble être une mesure de rétorsion, le président du parlement a bloqué mercredi l’approbation de la vingtaine de ministres nommés mi-février dans le cadre d’un remaniement ministériel.

PUBLICITÉ

Le chef de la majorité, Alexander Afenyo Markin, a critiqué la position du président du parlement, alléguant dans un communiqué jeudi qu’elle visait à « saboter le gouvernement » et qu’« il est clair que l’économie en souffrira ».

Le projet de loi, s’il est adopté, prévoit une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à trois ans pour toute personne s’identifiant comme LGBT+ et cinq ans pour la promotion et le parrainage de leurs activités.

Il a reçu le soutien de la majorité des députés et d’influents dirigeants chrétiens et musulmans.

Les partenaires internationaux du Ghana ont toutefois mis en garde contre les conséquences désastreuses de la signature du projet de loi par M. Akufo-Addo.

Le ministre des Finances a évoqué dans une note interne consultée par des médias le risque d’une perte potentielle de financement de la Banque mondiale s’élevant à 3,8 milliards de dollars au cours des cinq à six prochaines années.

PUBLICITÉ

Le Ghana, grand exportateur d’or et de cacao, bénéficie actuellement d’un programme d’aide du Fonds monétaire international (FMI) d’un montant de trois milliards de dollars, après avoir connu sa pire récession économique en 2022, qui s’est traduite par une inflation record de 50 %.

PUBLICITÉ

Du même auteur

SUR LE MÊME SUJET

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Publicité