Jeudi, 25 avril 2024
• • •
    Publicité

    Arrestation au Brésil des commanditaires présumés du meurtre de l’élue et militante LGBT Marielle Franco

    Les trois commanditaires présumés de l’assassinat en 2018 à Rio de Janeiro de Marielle Franco, une élue noire et lesbienne issue des favelas qui s’était dressée contre les milices, ont été arrêtés. La police fédérale a interpellé l’ex-chef de la police civile de Rio Rivaldo Barbosa, l’ex-conseiller de la Cour des comptes de Rio Domingos Brazao et son frère, le député Joao Chiquinho Brazao, a annoncé dimanche la Cour suprême fédérale.

    Les trois hommes ont été désignés par Alexandre de Moraes, le juge de Cour suprême fédérale (STF) en charge de l’affaire, comme les présumés « architectes » de l’assassinat de l’élue alors âgée de 38 ans et de son chauffeur Anderson Gomes, le 14 mars 2018.

    «  Le crime a été orchestré par les deux frères et méticuleusement planifié par Rivaldo » Barbosa, a déclaré M. de Moraes dans le document ordonnant leur placement en détention provisoire. Ils ont été placés sous les verrous dans une prison fédérale à Brasilia.

    La police avait précédemment affirmé être munie de mandats pour arrêter à Rio un total de quinze personnes liées à cette affaire.

    Le ministre brésilien de la justice, Ricardo Lewandowski, a déclaré lors d’une conférence de presse que l’enquête « était terminée », même si de nouveaux éléments pourraient apparaître.

    « Nous savons très clairement qui sont les auteurs de ce crime odieux, car il est clairement de nature politique », a-t-il affirmé. Il a également célébré la « victoire de l’Etat brésilien et des forces de sécurité contre le crime organisé ».

    « Aujourd’hui, un grand pas a été accompli pour tenter d’obtenir la réponse à la question que nous nous posons depuis des années : qui a tué Mari, et pourquoi ? », s’est réjouie sur X Anielle Franco, soeur de Marielle et actuellement ministre de l’Egalité raciale.

    Milices et “divergences”
    Mardi, Ricardo Lewandowski avait dit espérer une résolution « rapide » du cas, après une confession-clef de l’homme accusé d’avoir tiré sur la victime.

    Ronnie Lessa, un ancien membre de la police militaire de Rio, actuellement en prison, aurait livré les noms des commanditaires de l’assassinat.

    Figure de la lutte pour les droits des communautés noire et LGBT, cette conseillère municipale sortait d’un débat avec de jeunes femmes noires. Tandis qu’elle rentrait chez elle, sa voiture a été criblée de balles.

    M. Lewandowski a divulgué un extrait de l’enquête policière qui lie la « motivation fondamentale » du crime à l’activité des milices.

    Le rapport fait état de « divers indices d’implication » des frères Brazao, en particulier Domingos, « dans des activités criminelles, y compris celles liées aux milices et à l’usurpation de terres ».

    Il souligne également des « divergences dans le domaine politique », a déclaré M. Lewandowski. Plus précisément, la conseillère municipale s’est opposée à un groupe qui souhaitait régulariser des terrains à des fins commerciales, alors qu’elle encourageait une utilisation sociale, a expliqué le ministre de la Justice.

    Les milices formées d’anciens policiers, de militaires à la retraite, de pompiers et d’autres personnes sont apparues il y a une quarantaine d’années pour se défendre contre les gangs de trafiquants de drogue.

    L’enquête est longtemps restée du ressort du parquet de Rio, et M. Lewandowski a déploré « presque cinq ans d’investigations infructueuses » en raison de « l’obstruction » de certains de ses membres.

    Elle a été prise en main par la Police fédérale en février 2023, après l’arrivée au pouvoir du président de gauche Luiz Inacio Lula da Silva.

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité