Mercredi, 29 mai 2024
• • •
    Publicité

    Every Day She Rose : Unir avec un sujet qui divise…

    Considérée comme une oeuvre théâtrale politique et importante, Every Day She Rose soulève d’importantes questions sur l’intersectionnalité, la brutalité policière et les perspectives différentes des communautés affectées. Avec la première montréalaise de cette pièce d’Andrea Scott et Nick Green, présentée à l’Espace Libre du 4 au 13 avril, le Théâtre BTW clôture sa saison théâtrale 2023-24 avec un sujet chaud qui divise avec l’espoir d’unir le public.

    « Il existe depuis longtemps des liens serrés entre les femmes Noires hétérosexuelles et les hommes blancs homosexuels, qui commence généralement par une amitié à un jeune âge», explique Dian Marie Bridge, directrice artistique, Théâtre BTW. «Les deux étant dans des communautés marginalisées, un alignement naturel et un bénéfice mutuel se fondent mais se brisent parfois.» Rappelons qu’en 2016, le mouvement Black Lives Matter a bloqué et exigé que des changements soient apportés au défilé annuel de la fierté de Toronto, notamment qu’un char du service de police soit exclu de la célébration.

    À cette époque, un tueur en série traquait le village gai de Toronto, ciblant les hommes de couleur. C’était aussi peu de temps après la fusillade à la boîte de nuit Pulse à Orlando, en Floride. On pourrait croire que les communautés Noire et queer devraient être en accord face à des questions aussi importantes, mais il s’agit souvent d’une question de privilège, de points de vues et de perspective.

    «Je suis très enthousiaste à l’idée de plonger dans les subtilités de la façon dont nous voyons le monde, établissons nos priorités et examinons la rupture d’une amitié », poursuit la directrice artistique du Théâtre BTW. Every Day She Rose s’intéresse à deux amis qui découvrent que leurs perspectives politiques raciales et queer ne sont pas aussi alignées qu’ils le pensaient. Cathy-Ann, une femme Noire hétérosexuelle, et son colocataire Mark, un homme blanc homosexuel, rentrent du défilé de la Fierté avec des points de vue très différents sur ce qui s’est passé et sur la manière dont cela a affecté leurs propres communautés.

    Cathy-Ann est d’accord avec la manifestation : la présence de la police au défilé ne lui permet pas de se sentir en sécurité. Mark, quant à lui, se sent plus en sécurité avec eux, surtout après la fusillade de la boîte de nuit Pulse à Orlando. Frustrée qu’il ne puisse pas voir le problème dans son ensemble, Cathy-Ann se demande si elle peut continuer à vivre avec Mark. Simultanément, les dramaturges Andrea Scott et Nick Green — qui partagent les mêmes identités que leurs personnages — s’arrêtent tout au long du spectacle pour trouver comment travailler ensemble pour raconter l’histoire d’un tournant important dans une amitié.

    Every Day She Rose est une exploration puissante de la suprématie blanche, de la politique de l’identité Noire, des privilèges et du patriarcat dans des espaces supposément sécurisant.

    En bas, de gauche à droite : Adele Benoit, Kate Hagemeyer, Dian Marie Bridge, François Macdonald, Emerjade Simms  // En haut, de gauche à droite : Rachel Chin, Becks Lefranc, Georges Michael Fanfan, Zoe Roux, Andrew Scriver & Emily Soussana from potatoCakes_digital, Rob Denton, Lee Tucker from Shopdogs MTL, Riel Reddick Stevens, Deidre “d-lishus” Walton  

    INFOS | EVERY DAY SHE ROSE de Andrea Scott et Nick Green, du 4 au 13 avril 2024,
    au Théâtre Espace Libre (Studio) https://blacktheatreworkshop.ca/every-day-she-rose

    La pièce est présentée en anglais avec surtitres français.

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité