Mercredi, 29 mai 2024
• • •
    Publicité

    L’ONU consternée par la décision confirmant la loi discriminatoire anti-homosexualité en Ouganda

    Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Volker Türk, a exprimé mercredi sa consternation face à la décision de la Cour constitutionnelle ougandaise de confirmer la loi discriminatoire anti-homosexualité et a exhorté les autorités à l’abroger dans son intégralité, ainsi que d’autres lois discriminatoires.

    « Près de 600 personnes auraient été victimes de violations des droits humains et d’abus fondés sur leur orientation sexuelle ou leur identité de genre, réelle ou présumée, depuis la promulgation de la loi contre l’homosexualité en mai de l’année dernière », a déclaré M. Türk dans un communiqué de presse. « Il faut l’abroger dans son intégralité, sinon ce nombre ne fera malheureusement qu’augmenter ».

    « Les autorités ougandaises doivent défendre les droits et la dignité de tous, quelle que soit leur orientation sexuelle ou leur identité de genre. La criminalisation et l’application de la peine de mort aux relations homosexuelles consensuelles sont contraires aux obligations de l’Ouganda en vertu des traités internationaux relatifs aux droits humains », a-t-il ajouté.

    Interdire la discrimination

    Le chef des droits de l’homme de l’ONU a appelé les autorités ougandaises à interdire la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre. « La propre constitution de l’Ouganda et les obligations découlant des traités internationaux relatifs aux droits de l’homme n’exigent rien de moins que l’égalité de traitement et la non-discrimination pour tous », a-t-il souligné.

    Selon lui, « il est crucial que les autorités abrogent également l’article 145 du Code pénal, qui prévoit également des sanctions pénales pour les relations sexuelles consensuelles entre personnes de même sexe. Ils devraient également modifier la loi sur l’égalité des chances pour consacrer l’orientation sexuelle, l’identité et l’expression de genre comme motifs interdits de discrimination ».

    Le Haut-Commissaire a également appelé les autorités à garantir un environnement propice à tous les défenseurs des droits humains – y compris les défenseurs des droits LGBTQ – pour mener à bien leur travail légitime en faveur des droits humains, notamment en leur permettant d’obtenir un enregistrement et d’exercer sans discrimination leurs droits à la liberté d’expression, d’association et de réunion pacifique.

    De son côté, l’ONUSIDA a pris note du jugement de la Cour constitutionnelle de l’Ouganda.

    « Les preuves montrent que la criminalisation des populations les plus exposées au risque de VIH, telles que les communautés LGBTQ+, entrave l’accès à des soins de santé vitaux et aux services de lutte contre le VIH, ce qui compromet la santé publique et la riposte globale au VIH dans le pays », a déclaré Anne Githuku-Shongwe, Directrice régionale de l’ONUSIDA pour l’Afrique orientale et australe.

    « Pour atteindre l’objectif de mettre fin à la pandémie de sida d’ici 2030, il est essentiel de garantir que chacun ait un accès égal aux services de santé, sans crainte », a-t-elle ajouté.

    Abonnez-vous à notre INFOLETTRE!

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité