Homophobie

LE LEADER D’UNE MILICE ANTIGAIE AURAIT QUITTÉ LA RUSSIE

Hervé Dumouchel
Commentaires
Maxim Martsinkevich, qui est à l’origine d'une campagne d'intimidations et de violences visant des homosexuels, est parti en «vacances urgentes» en Thaïlande. Il serait recherché pour hooliganisme et gansterisme. Le chef de Occupy Pedophilia, un réseau qui a lancé une effrayante série d’actions d’intimidations, de violences et de tortures contre des gais, sous couvert de «lutte contre la pédophilie» est recherché par la justice russe.



Maxim Martsinkevich a écrit sur VKontakte, le réseau social russe, qu’il était parti en «vacances urgentes» alors qu’un mandat d’arrêt a été délivré contre lui. Il a posté dimanche une photo de lui sur une plage thaïlandaise. Le domicile de Martsinkevich, ainsi que celui de ses parents, ont été perquisitionnés. Le militant «antipédophilie» serait soupçonné de hooliganisme, qui a déjà valu des condamnations à Martsinkevich en 2010.



Personnage mélangeant néonazisme, culturisme et exhibitionnisme, Martsinkevich serait visé par plusieurs plaintes, dont celle d’un militant antifasciste et celle d’un immigré irakien pris pour cible dans une récente vidéo d’Occupy Pedophilia tournée en Ukraine. Au cours d’un rituel désormais traditionnel, Martsinkevich tend un piège à un jeune homme appâté sur un site de rencontre. À moitié nu, le garçon se fait peindre une étoile de David et un arc-en-ciel sur le corps. Il est forcé à s’«avouer» homosexuel devant la caméra en tenant un jouet sexuel. La séquence suggère que l’Irakien a ensuite été battu.



Relayées par les médias internationaux depuis le printemps dernier, les vidéos d’Occupy Pedophilia ont fait scandale. Pour certains observateurs, elles sont le produit de l’homophobie encouragée par la loi contre la «propagande homosexuelle» récemment par Vladimir Poutine plus tôt cette année.