Le journal intime de Dominique Blondin

Érotisme, tendresse et amour

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
On connaît Denis-Martin Chabot journaliste des nouvelles à Radio-Canada Ici, on le connaît aussi comme écrivain. Il publie régulièrement. Son dernier projet l’a amené à s’intéresser à un nouveau genre : l’érotisme au masculin. Avec journal intime d’un jeune homme qui découvre son désir pour les hommes et qui découvre sa sexualité, Denis-Martin Chabot voulait en même temps que se faire plaisir : parler de sexualité mais sans jugement, ni morale. Et pour renforcer le côté ludique et érotique, il a demandé à l’artiste Yvon Goulet d’illustrer chacune des nouvelles qui composent ce journal. Autour d’une tasse de café, les deux responsables de ce livre, parlent de leur collaboration et des influences qui ont permis qu’une grande complicité créatrice, et donc de confiance, s’installe entre eux. «Dominique Blondin est un journaliste qui découvre son attirance pour son patron, puis qui au cours de son travail va être obligé de voyager et donc, on va le suivre à travers le monde et à travers les rencontres d’hommes qu’il fera, explique l’auteur, une façon de découvrir plusieurs facettes de la vie gaie, une culture où les codes traditionnels sont bousculés aussi bien dans la représentation de la masculi-nité ou encore dans la capacité à être amoureux de plusieurs hommes en même temps ». Dominique Blondin se rendra compte qu’il n’est pas fait pour la vie de couple, qu’il est ce qu’on appelle un polyamou-reux. Un livre qui défend une conception différente des relations qui peuvent prendre d’autres configurations que celles du couple.

C’est en discutant avec des amis que le nom d’Yvon Goulet est lancé quand Denis-Martin Chabot s’ouvre de son désir d’avoir un illustrateur. « Je connais le travail d’Yvon, mais je ne savais pas comment l’approcher. J’ai donc pris mon courage à deux mains et l’ai appelé. On s’est rencontré pour discuter et ça a tout de suite cliqué », avance l’auteur. Pour Yvon Goulet, la façon dont le personnage évolue dans cet univers l’a tout de suite séduit. « Il y a une façon de parler des relations entre les gars qui est naturelle et détendue, un peu comme ce que j’ai vécu, avec des personnages qui avaient de la substance, donc il a été facile pour moi de trouver les thèmes des illustrations qui colleraient bien avec le texte », explique l’artiste visuel. L’auteur sera tellement charmé par les propositions d’Yvon Goulet, qu’il modifiera des détails de ses textes pour qu’ils soient en parfaite concordance avec les illustrations. « Les textes de Denis-Martin m’ont beaucoup parlé», poursuit Goulet. «On se reconnaît comme gai, et il y a un réel plaisir à lire ce journal. C’est un peu comme Michel Tremblay avec ses romans Le cœur découvert et Le cœur déchiré, mais en plus jouissif. Je suis sûr que beaucoup vont se reconnaître dans le personnage de Dominique Blondin».

L’incursion dans le domaine de l’érotisme est une première dans l’œuvre de Denis-Martin Chabot demandait aussi un éditeur qui accepte ce beau risque. Au Salon du livre du Québec, il rencontre Chantal Morin, éditrice des Éditions de l’Interdit. « Elle n’avait pas lu le manuscrit que je lui avais envoyé, mais elle voulait découvrir mon travail. Après avoir lu mes romans, je lui ai rappelé ce manuscrit, et elle a accepté de le publier », conclue l’auteur, qui espère que (ses) les lecteurs seront nombreux le 28 septembre prochain au Stud pour le lancement.

Est-ce que c’est un livre que l’on peut lire d’une main ? « Surtout d’une main ! », s’exclame Denis-Martin Chabot dans un grand éclat de rire.

Le journal intime de Dominique Blondin de Denis-Martin Chabot
Éditions de l’Interdit, 2013
Lancement le 28 septembre prochain au Bar le Stud de 17 à 20 h