La relève littéraire

Samuel Larochelle : ne pas perdre le Nord

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Émile a vingt ans. Il quitte sa Gaspésie natale pour Montréal et il veut rencontrer le grand amour et voyager. Tout au long des premiers mois dans la métropole, il doit s’adapter et s’acclimater à sa nouvelle vie. Gai, il le sait depuis – presque – toujours, ses parents sont au courant et sa mère le conseille dans ses recherches pour trouver l’homme idéal. Mais voilà, ce n’est pas parce que tout semble vous sourire que les choses sont plus faciles. Émile le découvrira et les portes qui se referment, les rencontres improbables, tout cela n’arrive pas à ternir sa bonne humeur ni son autodérision, même quand la mélancolie ou la déprime l’affectent le temps de quelques heures. C’est peut-être la grande force d’À cause des garçons de Samuel Larochelle : il nous livre le portrait d’un jeune gai et nous décrit le monde gai avec humour et tendresse, puisque l’auteur ne verse à aucun moment dans le cynisme. Entre les sites de rencontres, les chats, les blind dates organisées par les femmes de sa vie, la recherche d’un travail qui lui permettra de se consacrer à la photographie, sa passion, Émile s’évaluera et apprendra à mieux se connaître, et peut-être rencontrera-t-il l’homme de sa vie.

Émile est-il le Samuel Larochelle qui tient la plume? Oui et non, bien évidemment. La trame de l’histoire s’inspire de sa propre histoire. Samuel vient aussi d’une région éloignée qu’il quitte pour des études de journalisme à Montréal, ville qu’il connaît très peu et où il ne connaît personne. Et les aventures d’Émile se fondent sur celles qu’il a lui-même vécues. Mais là s’arrête la ressemblance. «Le premier manuscrit était effectivement plus autobiographi-que, et en discutant avec l’éditeur pour étoffer un peu le roman, j’ai intégré d’autres histoires et inventé des événements qui n’ont rien à voir avec ma vie», explique Samuel Larochelle. Le jeune journaliste, qui collabore régulièrement comme pigiste à des quotidiens et à des magazines québécois, se défend de voir en Émile son double. «Je pense que je voulais surtout mettre l’accent sur ce qu’un jeune gai vit aujourd’hui quand il quitte sa famille pour prendre son indépendance, faire un portrait dans lequel d’autres pourraient se reconnaître bien plus moi.»


« Je pense que je voulais surtout mettre l’accent sur ce qu’un jeune gai vit
aujourd’hui quand il quitte sa famille pour prendre son indépendance. »



La passion de l’écriture lui vient dès le secondaire, où il collabore au journal étudiant, «puis j’ai suivi au cégep une formation en journalisme, une autre passion, parce que je suis extrêmement curieux de tout», continue Samuel. Rejoint au Vietnam où il passait ses vacances, lui qui plus jeune rêvait de voyager, il travaille à la suite de À cause des garçons, dont bien entendu une partie de l’histoire se déroulera dans ce pays qu’il vient de découvrir. Son nom, on le retrouvera aussi dans La Presse où il signe souvent des articles sur des sujets divers. Nul doute que Samuel Larochelle fera son chemin dans le milieu de la littérature, où son œil à l’affut de tout et

de tous saura capter et nous rendre les mille petits accidents heureux ou malheureux de nos vies, avec humour et philosophie.

À cause des garçons, de Samuel Larochelle