Steve Foster, directeur général CQLGBT en réaction au billet de Luc Boulanger paru dans La Presse du 17 août

Savoir évoluer avec le Village !

Steve Foster
Commentaires
En 2012, vous avez accepté de participer à la campagne du Conseil québécois LGBT sur les métiers et professions exercés par des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transsexuelles, dont l’objectif était, et demeure, de proposer aux jeunes de nos communautés des modèles positifs d’accomplissement. D’ailleurs, votre carrière témoigne bien de cette réalité et c’est pourquoi nous vous avions choisi. Vous comprendrez donc ma stupéfaction de voir votre nom associé à la chronique A-t-on (encore) besoin d'un Village gai?, paru le 17 août dernier dans La Presse. Habituellement, je ne réagis pas aux chroniqueurs et blogueurs qui, souvent par malhonnêteté ou par paresse intellectuelle, jettent leur fiel sur le défilé de la Fierté, le Village gai, ou contre celles et ceux qui œuvrent aux avancées sociojuridiques de nos communautés.

Mais venant de vous, je me suis dit qu’il fallait vous interpeller. D’autant plus que, par le passé, j’ai eu le plaisir de discuter avec vous à quelques reprises et j’ai pu constater la vivacité d’esprit et l’humour qui vous habitait. C’est pourquoi nous serions en droit de nous demander si c’est bel et bien vous qui avez écrit ce texte? Cela ne vous ressemble tellement pas.

Alors je me suis dit que peut-être ne connaissez-vous pas les réalités et les enjeux auxquels les élus de l’arrondissement Ville-Marie doivent répondre et des réalisations qui ont été accomplies au cours des dernières années. Peut-être ne savez-vous pas que nombre de commerces ont fermé parce que les propriétaires haussent honteusement les loyers ou ne veulent simplement pas faire les rénovations nécessaires ? Peut-être ignorez-vous que de nombreux commerces du Village offrent leurs murs à des artistes afin qu’ils exposent leurs œuvres? Peut-être ne savez-vous pas que le Village est un lieu d’épanouissement physique, intellectuel et culturel pour beaucoup de personnes non-LGBT?

Situé au cœur d’un carrefour médiatique d’importance, le Village est visité chaque jour par les artisans et professionnels des milieux journalistiques et culturels qui, de plus en plus, choisissent de s’y établir (avez-vous remarqué l’offre de nouveaux condos?). Il serait déplacé pour moi de nommer toutes les personnalités connues et émergentes que je croise régulièrement… mais la liste est longue ! La plupart ne sont pas là pour faire éclat de leur orientation sexuelle, mais simplement pour sortir, manger, discuter, et s’amuser. Certains jeunes y viennent pour trouver un sens à leur vie et leur vulnérabilité peut quelques fois jouer contre eux. C’est aussi pourquoi on y retrouve des ressources pour les aider. Mais n’oublions pas que la majorité des jeunes qui se perdent dans l’enfer de la drogue et de la prostitution ne sont pas gais.

Nombreux sont ceux qui ont contribué à faire du Village un lieu sécuritaire, motivant et dynamique. Depuis Paul Haince et Bernard Rousseau qui ont littéralement « créé » le Village, jusqu’à Denis Brossard et Bernard Plante qui ont su lui donner une signature et un visage, la fierté LGBT s’y vit au quotidien main dans la main avec l’ensemble des citoyens… D’ailleurs, à cet effet, je me dois de souligner les efforts des résidents et résidentes qui ont aussi à cœur de développer un environnement sain et agréable pour eux et leur famille.

Pour ce qui est de ceux qui fréquentent le Village, il est normal (et souhaitable) que la clientèle LGBT se promène entre les différents quartiers de notre belle ville. Les couples se forment et se déforment. Certains souhaitent être au cœur de l’action alors que d’autres préfèrent se concentrer sur des activités familiales ou professionnelles. Ceux qui aiment le théâtre n’habitent pas tous près du quartier des spectacles. Ceux qui aiment le cinéma de répertoire n’habitent pas tous à côté du cinéma Beaubien. De la même façon, les membres des communautés LGBT n’habitent pas tous dans le Village. Ce sont des lieux de rencontres… et le fort achalandage du Village est gage de son succès !

Si, tout comme moi vous habitiez près du Village, vous seriez à même de constater l’amélioration de la qualité de vie de ceux qui s’y rendent pour travailler, pour socialiser et ceux qui y résident. Lorsque vous souhaiterez écrire sur nos communautés, j’ose espérer que votre rigueur journalistique habituelle vous incitera à contacter les acteurs et les intervenants du milieu. Je suis convaincu que ces derniers se feront un plaisir de partager avec vous leur expertise afin de bien refléter les réalités LGBT… et ainsi demeurer une inspiration pour nos jeunes.

Votre lettre me porte à croire que nous ne nous rencontrerons pas à court terme dans le Village, mais j’ose espérer que vous saurez respecter ceux qui le fréquentent.

Félicitation Montréal pour ton beau Village. Tu es notre fierté !


Steve Foster, directeur général
Conseil québécois LGBT