Priape sous la protection de ses créanciers

Restructuration et rationalisation en vue pour la chaîne de commerce de détail

Yves Lafontaine
Commentaires
Pris de cours par l’application de l’interdiction de vente des poppers par Santé Canada en mars dernier, Priape Inc est gravement en manque de liquidités et l’entreprise s’est mise sous la protection de la Loi sur les faillites afin de se donner le temps de restructurer son fonctionnement et diversifier ses produits de remplacement. Pionnier de la vente au détail auprès du marché gai, Priape a été un des premiers sex shops à s’adresser spécifiquement aux hommes gais. Gadgets sexuels, vidéos, poppers et Levi’s 501 ont longtemps faits les beaux jours de cette entreprise qui a, au fil des ans, diversifié son éventail de produits en offrant plus de vêtements, dont plusieurs lignes exclusives au Canada, mais surtout en offrant une vaste gamme de produits fétichistes avec tout autant de lignes exclusives.

L’entreprise, fondée à Montréal en novembre 1974, emploie près de 60 personnes et compte maintenant quatre boutiques au Canada (Montréal, Toronto, Calgary et Vancouver) et gère une boutique en ligne très complète.

«Au cours des ans, Priape a toujours réussi à évoluer avec le marché, à trouver de nouveaux produits, à développer des secteurs porteurs et générateurs de profits, pour remplacer des produits en fin de vie, comme le VHS ou les DVD. Nous avons beaucoup développé notre volet fétichiste et mode et ça fonctionne», explique son directeur général, Denis Leblanc, qui relativise l'importance des dettes de l'entreprise et insiste sur le fait que sans l’interdiction récente de la vente des poppers, l’entreprise serait rentable et n’aurait pas de problème de liquidités.

Désormais, l'heure est à la rationalisation. Protégé par la loi sur les faillites, Priape présentera dans les prochaines semaines un plan de redressement à ses créanciers pour les rembourser. Ceux-ci seront appelés à voter le plan de redressement et M. Leblanc nous confirme les avoir tous contacté un par un et avoir l'appui de 99 % d'entre eux. Cela dit, selon nous sources, au moins trois groupes ou individus auraient montré de l’intérêt à acheter l’entreprise, mais à la mi-juillet aucune offre n’avait encore été déposée officiellement.

En attendant que Priape se restructure, «les activités commerciales se poursuivront normalement» a tenu à assurer le directeur général du groupe, Denis Leblanc.




Dates marquantes



Novembre 1974:
Robert Duchaîne et Claude Leblanc ouvrent le premier Priape au 1111, boul. de Maisonneuve.


Décembre 1975:
Après un incendie en septembre, réouverture de Priape, cette fois, au 1661, rue Sainte-Catherine Est (où se trouve actuellement le bar Backstage). Le magasin où l’on retrouve un atelier de fabrication de cuir offre déjà des poppers et des Levi’s 501.

1976:
Bernard Rousseau devient officiellement le premier employé de Priape. La vente de magazines et de films pornos 8 mm permet à l’entreprise de prendre de l’expansion.

1978 :
Publication du premier catalogue de Priape. Les commandes postales affluent.

1979 :
Le dollar américain ayant pris trop de valeur, on décide de fabriquer sur place des articles de cuir au lieu de les importer.

1980 :
La récession du début des années 1980 frappe fort et l’on baisse le salaire des employés. Mais les affaires reprennent tranquillement.

1985 :
Priape commence à vendre des cassettes vidéos de films pornos au magasin et par la poste.

1987 :
Priape ouvre ses portes dans le lieu qu’il occupe présentement (1311, rue Sainte-Catherine Est). La boutique occupe le rez-de-chaussée alors que des bureaux sont aménagés à la mezzanine.

1993 :
Priape ouvre une succursale à Toronto.

1996 :
Le site Internet de Priape entre en ligne avec le Chat, la section des rencontres et les produits vendus au magasin. Les commandes proviennent de partout dans le monde !

2003 :
Priape ouvre une troisième succursale, cette fois à Calgary.

2005 :
Priape ouvre son magasin de Vancouver.

2007 :
Priape et Groupe Web ID (Gay411 et Bear411) annonçaient une entente de partenariat stratégique en vue de créer de la synergie.

2009 :
Groupe Web ID devient actionnaire majeur de Priape et Thierry Arnaud devient le président de Priape. Bernard Rousseau demeure président du conseil d’administration de manière à partager son expérience avec les membres de la direction de l’entreprise.

2011 :
Denis Leblanc passe de Directeur des finances à Directeur général.

2013 :
Santé Canada décide de renforcer et d’appliquer son règlement concernant la vente de poppers un produit pourtant vendu au Québec depuis près de 40 ans. Fin juin, Priape se plaçait sous la protection de ses créanciers afin de se donner le temps de restructurer son fonctionnement.

 
Voir les archives

Anciens commentaires

  • Quelle triste nouvelle pour notre communauté. Le sex shop gay par excellence. Je suis client depuis 1980 et j'ai toujours été satisfait. Je lui souhaite bonne chance avec la restructuration. Publié le 25/07/2013
  • Quelle tristesse que cette nouvelle. J'ai eu le grand plaisir d'y avoir travaillé pendant quelques années et cette entreprise doit rester en place, c'est un incontournable. En espérant que l'administration sache apporter les changements appropriés. Publié le 25/07/2013
  • C'est une belle tournure de presse mais bien que les poppers sont un produit commun, il est difficile de croire que ce produit a lui seul puisse faire couler l'entreprise. Il faut gratter plus loin dans la gestion de l'établissement selon moi. Publié le 25/07/2013
  • Après avoir profité des gay, c'est un juste retour du balancier, ca me fera pas de peine que le magasin ferme, ils exploitent les gay, regardez dans les autres boutiques à l'extérieur du village, vous verrai..en plus quand le service à la clientèle est déficient, cela n'aide pas du tout....et comme un autre l'a écrit, ce n'est pas juste une question de poppers mais de gestion d'entreprise. Publié le 25/07/2013
  • Voyons...! Comme si l'entreprise tenait seulement sur la vente des poppers, çà n'a aucun sens. Je crois plutôt que le problème est dans la section cuir et rubber...! La qualité du cuir est peut-être bonne pour en faire des chaps mais elle est de trop épais et de basse qualité pour en faire de beaux pantalons de cuir et autres marchandises qui se vendraient beaucoup plus que maintenant. Le rubber, c'est exactement le même problème, aucune qualité et surtout beaucoup trop épais. C'est bon pour des draps pour les adeptes du S & M et rien d'autre. Pourtant, dans le passé vous aviez une collection de vêtements caoutchoucs qui n'étaient chez Priape et qui aurait pu être une base de choix pour des vêtements de qualité. Vous auriez pu les fabriquer en achetant un rubber plus mince et plus confortable. L'acheteur devrait aussi faire un cours de perfectionnement dans l'achat , les goûts et tendances. Bonne chance avec la restructuration...! J'espère toujours voir un Priape dans notre village diminué pour le remplacer par le GAY-FRIENDLY que le politically correct ont inventé pour le détruire. Notre village est sur un respirateur et se maintient en vie comme çà...! Publié le 26/07/2013
  • Il va falloir un moment donné que notre communauté affronte le journalisme d'enquête et de fond. Je suis fier de Priape mais ouvrir un article en mentionnant que l'interdiction de la vente de poppers fait crouler une compagnie, c'est comme dire que la vente des bouteilles d'eau dans les dépanneurs pourraient faire fermer des dépanneurs si il y'avait une loi. C'est ridicule. Fugues, vous avez un devoir de creuser plus, de sortir les chiffres de l'entreprise et de faire une démonstration logique et journalistique pour cette nouvelle. Publié le 26/07/2013
  • plutot que de critiquer la gestion et le travail des journaliste pourquoi ne pas profiter des super dea; qu il font presentement et les encourager pour les aider a remonter la pente et pour ce qui est du services a la clienteles j ai toujours ete tres bien servie chez priape et quand je ne trouvais pas je le demandais et ont m aidais a trouver tous de suite , comparez ailleur et vous verrez que les prix que priape offre sont tres bon aidons un pilliers de notre village plutot que de frapper sur quelqun qui est deja par etrre c est tellement plus facile a faire ,en tant que communnaute nous nous devons de nous entraider Publié le 29/07/2013
  • j'ai pris conscience des commentaires des lecteurs de fugues,oui c'est vrai que la vente des poppers peux déranger,mais que dire de leur site de rencontre ou ils favorisent la déchéance des usagers... Habitant la ville de Sherbrooke, un seul bar pour gay et gouin , pas de sauna, il ne reste entre autre le site priape ,et quelques autre pour jeune Gay 411 filiale de Priape...Gay Daddy...ect oui très permisif pour les usagers,comment s'y retrouver parmis ces menteurs,qui au dire de priape peuvent changer de nick , d'âge, pas plus rigide que ça aucun respect des belles valeurs sur la belle complicité sexuel et sensuel entre gay , que non Priape encourage cette vulgarité , cette déchéance, c'est pittoyable de ce point de vue je ne suis pas un adepte ou client de Priape ,parfois le retour du boumrangue??? frappe fort,ceux-ci permettent l'usage de mots ou phrases de phantasmes de déchants, les vrai belles valeurs ne sont plus là à cause de gens comme les boutiques comme priape qui ne pense qu'as faire de l'argent sur ceux qui recherche que la chaleur et encore de belles valeurs du bon plaisir entre homme ...enfin. Vraiment pas de peine pour Priape... Publié le 07/08/2013
Voir les archives

Anciens commentaires

  • Quelle triste nouvelle pour notre communauté. Le sex shop gay par excellence. Je suis client depuis 1980 et j'ai toujours été satisfait. Je lui souhaite bonne chance avec la restructuration. Publié le 25/07/2013
  • Quelle tristesse que cette nouvelle. J'ai eu le grand plaisir d'y avoir travaillé pendant quelques années et cette entreprise doit rester en place, c'est un incontournable. En espérant que l'administration sache apporter les changements appropriés. Publié le 25/07/2013
  • C'est une belle tournure de presse mais bien que les poppers sont un produit commun, il est difficile de croire que ce produit a lui seul puisse faire couler l'entreprise. Il faut gratter plus loin dans la gestion de l'établissement selon moi. Publié le 25/07/2013
  • Après avoir profité des gay, c'est un juste retour du balancier, ca me fera pas de peine que le magasin ferme, ils exploitent les gay, regardez dans les autres boutiques à l'extérieur du village, vous verrai..en plus quand le service à la clientèle est déficient, cela n'aide pas du tout....et comme un autre l'a écrit, ce n'est pas juste une question de poppers mais de gestion d'entreprise. Publié le 25/07/2013
  • Voyons...! Comme si l'entreprise tenait seulement sur la vente des poppers, çà n'a aucun sens. Je crois plutôt que le problème est dans la section cuir et rubber...! La qualité du cuir est peut-être bonne pour en faire des chaps mais elle est de trop épais et de basse qualité pour en faire de beaux pantalons de cuir et autres marchandises qui se vendraient beaucoup plus que maintenant. Le rubber, c'est exactement le même problème, aucune qualité et surtout beaucoup trop épais. C'est bon pour des draps pour les adeptes du S & M et rien d'autre. Pourtant, dans le passé vous aviez une collection de vêtements caoutchoucs qui n'étaient chez Priape et qui aurait pu être une base de choix pour des vêtements de qualité. Vous auriez pu les fabriquer en achetant un rubber plus mince et plus confortable. L'acheteur devrait aussi faire un cours de perfectionnement dans l'achat , les goûts et tendances. Bonne chance avec la restructuration...! J'espère toujours voir un Priape dans notre village diminué pour le remplacer par le GAY-FRIENDLY que le politically correct ont inventé pour le détruire. Notre village est sur un respirateur et se maintient en vie comme çà...! Publié le 26/07/2013
  • Il va falloir un moment donné que notre communauté affronte le journalisme d'enquête et de fond. Je suis fier de Priape mais ouvrir un article en mentionnant que l'interdiction de la vente de poppers fait crouler une compagnie, c'est comme dire que la vente des bouteilles d'eau dans les dépanneurs pourraient faire fermer des dépanneurs si il y'avait une loi. C'est ridicule. Fugues, vous avez un devoir de creuser plus, de sortir les chiffres de l'entreprise et de faire une démonstration logique et journalistique pour cette nouvelle. Publié le 26/07/2013
  • plutot que de critiquer la gestion et le travail des journaliste pourquoi ne pas profiter des super dea; qu il font presentement et les encourager pour les aider a remonter la pente et pour ce qui est du services a la clienteles j ai toujours ete tres bien servie chez priape et quand je ne trouvais pas je le demandais et ont m aidais a trouver tous de suite , comparez ailleur et vous verrez que les prix que priape offre sont tres bon aidons un pilliers de notre village plutot que de frapper sur quelqun qui est deja par etrre c est tellement plus facile a faire ,en tant que communnaute nous nous devons de nous entraider Publié le 29/07/2013
  • j'ai pris conscience des commentaires des lecteurs de fugues,oui c'est vrai que la vente des poppers peux déranger,mais que dire de leur site de rencontre ou ils favorisent la déchéance des usagers... Habitant la ville de Sherbrooke, un seul bar pour gay et gouin , pas de sauna, il ne reste entre autre le site priape ,et quelques autre pour jeune Gay 411 filiale de Priape...Gay Daddy...ect oui très permisif pour les usagers,comment s'y retrouver parmis ces menteurs,qui au dire de priape peuvent changer de nick , d'âge, pas plus rigide que ça aucun respect des belles valeurs sur la belle complicité sexuel et sensuel entre gay , que non Priape encourage cette vulgarité , cette déchéance, c'est pittoyable de ce point de vue je ne suis pas un adepte ou client de Priape ,parfois le retour du boumrangue??? frappe fort,ceux-ci permettent l'usage de mots ou phrases de phantasmes de déchants, les vrai belles valeurs ne sont plus là à cause de gens comme les boutiques comme priape qui ne pense qu'as faire de l'argent sur ceux qui recherche que la chaleur et encore de belles valeurs du bon plaisir entre homme ...enfin. Vraiment pas de peine pour Priape... Publié le 07/08/2013