FIerté — Europride 2013

L'Europride 2013 se termine sur une annulation et une fréquentation décevante

Étienne Dutil
Commentaires
Environ 10 000 militants et sympathisants de la cause LGBT ont défilé samedi à Marseille à l'occasion de la grande parade de l'Europride 2013 placée sous le signe du mariage pour tous. Avant le départ, plusieurs personnalités politiques ayant soutenu la loi en faveur du mariage homosexuel, ont pris la parole sur le Vieux-Port, notamment le député-maire de secteur Patrick Mennucci, le président socialiste de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole, Eugène Caselli, et le secrétaire national du Parti communiste français, Pierre Laurent.

En début de cortège on pouvait voir des délégations internationales, dont des représentants de Fierté Montréal et de la New York City Pride, une délégation de Toronto, qui accueillera le WorldPride l’an prochain, ainsi qu'une large représentation de Norvégiens, qui annonçaient la prochaine Europride à Oslo l’été prochain 2014.

Très applaudie, une délégation d'une cinquantaine de Munichois, en tenue traditionnelle bavaroise, culotte de peau et chemise brodée, ont défilé derrière leur égérie, «Franca», une drag queen loufoque, sorte de marquise rose bonbon insérée dans sa coiffeuse.

Une vingtaine de chars composaient ce cortège notamment ceux de l'association Gare, du personnel LGBT de la SNCF, de Municigayf, l'association d'employés municipaux de la ville de Marseille, ou de Flag, l'association des policiers et gendarmes LGBT.

Le cortège a rejoindre les plages du Prado où un concert de clôture prévu à l'«Europride Beach» a dû être annulé, faute de moyens pour assurer sa sécurité, a dit l'association organisatrice.

L'édition marseillaise a été entachée de nombreux problèmes, concerts annulés ou déplacés, militants étrangers ayant reçu leur invitation trop tardivement pour avoir leur visa, et globalement une fréquentation beaucoup moins importante que prévue. Il y a encore dix jours, la LGP tablait sur 100 000 à 130 000 participants à la parade.

Plusieurs associations LGBT présentes à l'Europride Park pour la quarantaine de conférences qui se sont tenues durant ces 10 jours, évoquaient, outre le manque de visibilité donné à l'événement par l'organisation, une certaine démobilisation des militants après l'adoption de la loi sur le mariage pour tous.