Transformation extrême

Confort moderne et cachet historique

André-Constantin Passiour
Commentaires
Photo prise par © Photographie Panotonic www.panotonic.com
Photo prise par © Photographie Panotonic www.panotonic.com
Photo prise par © Photographie Panotonic www.panotonic.com
Photo prise par © Photographie Panotonic www.panotonic.com
Photo prise par © Photographie Panotonic www.panotonic.com
Photo prise par © Photographie Panotonic www.panotonic.com
Photo prise par © Photographie Panotonic www.panotonic.com
Photo prise par © Photographie Panotonic www.panotonic.com

Certains reconnaîtront l’ancien édifice dans lequel se trouvaient les bureaux de Fugues/Décorhomme. Pendant des années, chaque naissance de votre magazine préféré se faisait là, entre les bureaux de rédaction, des ventes et des infographistes, et la cuisine où l’équipe se réunissait les soirs de bouclage. On avait oublié qu’avant d’être un local commercial, il y avait un appartement qui disparaissait derrière les bureaux, les classeurs. Le lieu n’en était pas moins chaleureux même si au fil du temps il ne répondait plus aux besoins de l’équipe. La place manquait et l'équipe de Fugues/Décorhomme s’est transportée sur la rue Amherst avec vitrine sur rue.

Le propriétaire de l’édifice, Martin Hamel, a alors pris le taureau par les cornes et a voulu redonner à ces deux étages leur fonction première, celle d’un appartement. La métamorphose est spectaculaire, dès les premiers pas dans l’entrée qui longe le salon donnant sur la rue et la salle à manger donnant sur la cour. Au bout du couloir s’ouvre la cuisine tout équipée, et une petite fenêtre a été percée pour augmenter la luminosité naturelle. L’escalier qui mène au demi-sous-sol a été refait et conduit à deux spacieuses chambres jouxtées par une grande salle de bain avec baignoire-douche vitrée. Dans un coin, la laveuse et la sécheuse. Un appartement prêt à vivre puisque de la literie en passant par la vaisselle, le ou les futurs locataires n’auront pas à courir les magasins pour faire leur café du matin ou encore pour se coucher la première nuit. Tout est inclus.

Selon Martin Hamel, la maison date de la fin du XIXe siècle, mais l’historique est difficile à retracer puisque selon les différents propriétaires qui se sont succédé, il se peut qu’elle ait été une maison bourgeoise, puis une maison de chambres. Quand Martin a acquis l’édifice, en 1988, il a installé son appartement en haut et le magazine Fugues, dont il était à l’époque le propriétaire, dans celui du rez-de-chaussée.

Comme dans toute maison ancienne, quand il s’agit de rénover, il faut commencer par revoir aussi bien l’isolement, l’électricité, et le chauffage. Martin Hamel n’a donc pas hésité à ouvrir les murs s’il le fallait pour revoir l’isolement, vérifier et changer les conduites d’eau tout comme le système électrique qui, par endroits, avait presque le même âge que la maison. Une fois la maison remise aux normes actuelles en termes d’isolement, de chauffage (le plancher au sous-sol est chauffant) et, le propriétaire a pu se consacrer à l’agencement, comme d’installer deux toilettes, des planchers chauffants. Et surtout redonner à cet espace centenaire ses lettres de noblesse, pour que l’on puisse apprécier la hauteur des plafonds, les frises qui cintrent les plafonds, les nouvelles fenêtres sur mesure qui conservent le style d’antan.

Quant à la décoration, elle joue habilement sur le contraste du moderne et de l’ancien, avec un seul objectif : le confort et l’esthétisme. Il suffit d’entrer dans le salon pour avoir envie de s’asseoir avec des amis pour partager un verre avant de se diriger dans la grande salle à manger pour un petit souper convivial et chaleureux. La cuisine, avec ses éléments électroménagers en aluminium, son îlot central pouvant faire office de coin-repas respire la qualité. Le ton est feutré puisqu’entre le gris des éléments, le noir du comptoir, le blanc cassé rehaussé par le noir des pierres de granit apparent, tout est pensé pour que la cuisine soit aussi un lieu à vivre.

Plus rien ne reste de l’ancien local commercial. Dans la foulée des rénovations, Martin Hamel a refait son propre logement. Il s’est installé le temps des travaux dans cet appartement, et a pu ainsi vérifier par lui-même sa fonctionnalité. Selon des agents immobiliers, les grands appartements avec deux chambres sont plutôt rares dans le quartier, celui-ci tombe à point. Faut-il aussi rappeler sa situation privilégiée dans le centre de Montréal, à deux pas de tous les services, à quelques enjambées du quartier des spectacles, et quelques enjambées supplémentaires pour atteindre le quartier des affaires. Un atout non négligeable. Car l’auto peut rester tranquillement dans l’espace qui lui est réservé dans la cour arrière.

 

----------

 


Vous êtes intéressé à louer cet appartement ou à obtenir plus de renseignement à son sujet? Contactez Relo Montréal au 438 937 1300 ou 514-507-4567
www.relomontreal.com


PHOTOS : Photographie Panotonic www.panotonic.com
514-574-2565