L’équation du temps

Benoit Migneault
Commentaires
Un roman qui pose la question fondamentale de notre relation face au réel. Comment être certain que je suis bien ancré dans la réalité? Les petites incohérences et questionnements qui m’entourent sont-ils symptomatiques que je ne peux complètement me fier à mes sens? Que le réel m’échappe? Tout cela semble un peu ésotérique, mais constitue la trame de fonds d’un roman qui se lit aisément puisqu’inscrit dans une narration bien ficelée. Le destin des trois personnages principaux - Ariane, Émile et Francis – se croise et s’entrecroise et, chacun à leur façon, ils en viennent à douter de l’existence de certains faits qu’ils prenaient pour acquis. Francis, par exemple, découvre que son chat n’est plus dans son appartement. Il se met à sa recherche, mais, autour de lui, on remet en question l’existence même du chat qui, pourtant, réapparaît subitement. Émile est sauvé de la mort par la main vigoureuse d’un homme qu’il rencontre à de nombreuses reprises, mais auquel il fait toujours dos. Celui-ci se colle à lui et le caresse, mais existe-t-il réellement ou n’est-il que le fruit de son imagination? Ariane, quant à elle, écrit des lettres qui demeurent sans réponse : y’a-t-il vraiment un destinataire? Les personnages en viennent donc à douter de la réalité de certaines facettes de leur existence et il en est de même du lecteur qui ne peut complètement se fier aux éléments qui lui sont communiqués par les personnages ou le narrateur. Se joue-t-on de lui? Un roman maîtrisé qui aborde un thème complexe avec habileté tout en maintenant l’intérêt du lecteur pour des personnages riches et en sachant éviter les écueils trop faciles de l’intellectualisme à tout crin.

L’équation du temps / Pierre-Luc Landry. Montréal : Druide, 2013. 227p.