«Totem Urbain V2.0»

Gaia : à découvrir

André-Constantin Passiour
Commentaires
Du 13 au16 juin, le programme «Totem Urbain V2.0» du Festival international Montréal en arts (FIMA) prendra résidence en la Place Émilie-Gamelin avec son axe résolument centré sur le «street art». Une vingtaine d’artistes en tout seront de la partie ici. On y apercevra plusieurs collectifs de créateurs, mais le FIMA nous présente un invité de marque en la personne du jeune artiste connu sous le nom de Gaia. Il est de Baltimore et réalise de grandes murales exceptionnellement distinctives, surtout dans les quartiers défavorisés de cette cité du Maryland. Originaire de New York et dans la vingtaine seulement, Gaia – dont le nom réfère à la « Déesse mère » dans la mythologie grecque – touche aux problématiques reliées à l’immigration, la ségrégation, et dénonce les motivations économiques irresponsables des hommes d’affaires et des spéculateurs fonciers qui affaiblissent les communautés déjà vulnérables. Il sera à ne pas manquer donc…

De Montréal, on pourra voir à l’œuvre le collectif Cease – Alan Ganev, A.J. Korkidakis et Laurier Clark – dont les créations sont un heureux mariage d’arts visuels, de design et de technologie. En Masse regroupe d’autres artistes de la métropole, des créateurs qui, trop souvent, sont exclus des galeries traditionnelles, des musées et organismes de financement et qui souhaitent asseoir leurs légitimités dans le monde de l’art contemporain. De Toronto, le Trio Magnus – Clayton Hanmer, Aaron Leighton et Steve Wilson – a été formé en 2007 avec pour but initial de « dessiner dans des carnets de croquis tout en écoutant du Led Zeppelin et en buvant de la bière ». De Toronto à Tokyo, ces artistes s’amusent à créer (illustrations, dessins, installations, sérigraphies) collectivement tout en ayant du fun ! Enfin, fondé en 2010, le groupe Bruxas (sorcières en portugais) est un collectif international de femmes orienté vers les arts visuels, le graffiti, le muralisme, les installations éphémères et la vidéo afin de faire entendre un point de vue féminin. Originaire du Canada, du Chili, du Brésil et de la France, le « Bruxas crew » est là pour colorer notre jungle urbaine.

Cependant, « Totem Urbain V2.0 » n’est pas que visuel ! Un volet musical y est rattaché de 17 h à 20 h. Le DJ Milton Clark et Sonido Nordico, un collectif de DJ, d’artistes et de danseurs, contribueront à l’ambiance festive et à détendre l’atmosphère pendant que les artistes seront à pied d’œuvre.