Communautaire - déménagement sur la rue AMherst

Les Archives gaies s’offrent un nouveau lieu pour leurs 30 ans

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Plus grand et plus près du Village : c’est le choix qu’on fait les Archives gaies du Québec (AGQ) en quittant la rue Saint-Laurent pour la rue Amherst, juste au sud de René-Lévesque. Créees en 1983, ce qui en fait l’un des plus anciens organismes communautaires LGBT encore en activité à Montréal, les AGQ sont la mémoire de nos communautés, regroupant tous les documents et aussi des artefacts qui retracent la vie des personnes LGBT à Montréal et au Québec. On y trouve aussi les fonds de groupes communautaires et de groupes sida qui, en fermant leurs portes, ne souhaitaient pas que leur histoire finisse aux oubliettes. « Depuis longtemps, nous cherchions un local plus grand, rapporte Jacques Prince, président et cofondateur de l’organisme. Nous avions encore de la place pour recevoir des documents, mais le lieu n’était plus accueillant pour les visiteurs et les chercheurs. Et puis, il devenait difficile d’avoir accès aux documents. »

En 1993, les AGQ s’installaient sur Saint-Laurent, au coin de Duluth. C’était la première fois que l’organisme pouvait ouvrir au public les portes de ses collections, autrefois dispersées chez chacun des membres de l’association. Pendant 20 ans, chaque jeudi soir, ceux et celles qui font des recherches historiques sur nos communautés pouvaient donc venir travailler sur les documents désirés. Mais l’arrivée incessante de nouveaux fonds a très vite rendu le local exigu, et il s’est agrandi en s’adjoignant un local voisin. Au bout de 20 ans, dans le but d’améliorer la préservation des collections, leur accès et leur consultation, les membres des AGQ sont donc partis à la recherche d’un nouveau toit.

« Au 1000 Amherst, nous avons plus d’espa-ce. De plus, le bâtiment est construit en béton et bénéficie d’air climatisé, ce qui correspond mieux aux normes archivistiques, ajoute Jacques Prince. Nous en avons aussiprofité pour acheter du nouveau mobilier plus pratique, comme de nouvelles étagères, dans le but d’améliorer la sauve-garde, et aussi pour donner un aspect un peu plus moderne quand on entre dans le nouveau local. »

Déménager des archives ne se fait pas en claquant des doigts. Tout au long du mois d’avril, les boîtes ont été transportées d’un lieu à l’autre en tenant compte du nouvel aménagement du local. Mais pour la mission et les heures d’ouverture, aucun changement : les AGQ continueront d’ouvrir le jeudi soir aux personnes intéressées.

Pour partager leur nouveau local avec ceux et celles qui soutiennent l’organisme, les responsables des AGQ ouvriront officiellement leurs portes le dimanche 26 mai à partir de 14 h, autour d’un vin et fromage. Une étape importante pour un organisme qui ne vit que grâce aux dons des membres, même si, comme le souligne Jacques Prince, des corporations commencent lentement mais sûrement à apporter leur soutien financier aux AGQ, conscientes de l’intérêt de préserver la mémoire.



Archives gaies du Québec, 1000, rue Amherst, local 106
Montréal, Québec . T 514-287-9987 www.agq.qc.ca