Cardinal Peter Turkson

L'un des favoris pour la succession de Benoît XVI affirme que les traditions africaines protègent de l'homosexualité

Étienne Dutil
Commentaires
L'un des cardinaux donnés favoris pour devenir le prochain pape — le cardinal ghanéen Peter Turkson — vient de déclarer dans une interview à CNN qu'il pensait que la culture africaine "protègeait" de l'homosexualité. Donné favori pour la succession de Benoît XVI, Peter Turkson a estimé que l'Afrique n'a pas été aussi durement touchée par le scandale pédophile au sein de l'Église catholique en raison «des traditions et de la culture africaines qui rejette l'homosexualité».

Dans une interview à la chaîne américaine d'informations CNN, le prélat a estimé que ces facteurs «protégeaient» l’Église contre ces «tendances». «L’homosexualité ou en l’occurrence toute affaire entre deux sexe du même genre ne sont pas tolérés par notre société», a déclaré le président du Conseil pontifical Justice et Paix.

CNN a cru bon de rappeler dans sa présentation de l’interview sur son site web que l’American psychological association avait conclu que les abus sexuels n’étaient pas plus fréquents chez les hommes homosexuels que chez les hétérosexuels.

Les affirmations de Peter Turkson ont provoqué une réaction d'indignation des victimes d’abus sexuels au sein de l’Église catholique. «Si on entend moins parler de crimes sexuels et de leur dissimulation en Afrique, a estimé l’association SNAP, c’est pour les même raisons qu’ailleurs dans le monde en développement: il y a moins de fonds pour appliquer la loi, des systèmes juridiques moins vigoureux, moins de journalisme indépendant et un pouvoir plus fort des ecclésiastiques sur leurs fidèles».