Rebel brasserie urbaine

La rebellion culinaire

André-Constantin Passiour
Commentaires
Ouvert officiellement depuis le 11 février dernier, ce resto de type «brasserie urbaine» séduit l’œil par sa sobriété et son bon goût, un décor attirant sans être tape-à-l’œil. Si le décor est sympa, ce sont les plats sur lesquels on veut que le client se concentre afin qu’il puisse déguster l’ensemble des saveurs et être séduit par leurs présentations. Rebel, logé dans le Complexe Sky, offrira toute une expérience culinaire où bouchées, cocktails et plats principaux se marieront à merveille. C’est qu’ici, Peter Sergakis, le propriétaire, s’est entouré de toute une équipe chevronnée de conseillers et de spécialistes, dont un chef français, Patrick Delmas… Ça promet! Les tables en bois sombre lustré luisent à la flamme dansante des lampions, l’ambiance est feutrée, intimiste, romantique presque alors que, à l’arrière-plan, une musique jazz joue discrètement. Le nouveau bar semble étinceler sous les éclairages aux reflets rougeâtres et jaunes qui se répercutent dans les miroirs… Le sourire et l’accueil du personnel, très charmant en passant, sont des plus avenants. Au passage, les effluves qui émanent des plats attirent les narines et suscitent la curiosité de son odorat et de sa panse… La présentation des assiettes est soignée et leur contenu est tout autant savoureux. C’est cela le Rebel, la nouvelle brasserie urbaine au cœur du Village…

«En cuisine, pratiquement tout a été fait, donc on ne réinvente rien. Mais si on a la matière première qui est fraîche, alors elle sera déjà bonne. Ensuite, il s’agit de travailler les techniques de cuisson, si l’on dit que l’on peut couper la viande avec la fourchette, c’est l’objectif que l’on veut atteindre. Puisqu’on dit qu’on est une brasserie, le midi possèdera son menu plus rapide, allégé, pour permettre aux gens de vite retourner au bureau. Le soir, il s’agit d’une autre carte qui sera plus variée», indique le Chef Patrick Delmas, qui a formé le Chef Jean-Michel Juillet, en charge de l’établissement.

Burger au poulet et confit de canard, burger de bœuf avec bacon fumé au bois de pommier, croque-monsieur et béchamel à la bière Stella Artois, joue de bœuf braisée, risotto aux champignons et confit de canard, etc. Le menu se décline ainsi et les papilles gustatives salivent et s’excitent… «Bien sûr, il y aura du fish & chips, mais ce sera à la tempura, donc il sera plus croquant et aura un petit côté asiatique», rajoute M. Delmas. « Nos assiettes sont pensées, chacune d’entre elles est testée et sera préparée avec soin », certifie Peter Sergakis. On nous promet aussi des plats de fromages fins et des charcuteries à partager.

Bref, on est loin d’une cuisine conventionnelle de pub. «Depuis que le Food est fermé [il y a deux ans], Cosby [Tsirigotis, le bras droit de Peter pour ce projet] et moi avons pensé à un concept spécial qui serait bon pour le Village. Nous voulions une brasserie urbaine, avec un menu de bistro, mais plus raffiné, c’est pour ça que, même si nous avions une bonne expérience en restauration, nous avons eu recours à des consultants culinaires. C’est pour ça aussi que nous avons démoli pour faire du neuf», explique Peter Sergakis. «Le décor a été conçu avec l’aide d’un designer et on est fier du concept. Mais je crois que le service et la nourriture seront la clé de Rebel», renchérit Cosby Tsirigotis. «Le menu sera spécifique et personnalisé au Rebel, continue M. Sergakis. On croit fortement que ça va plaire aux gens du Village. »

Les responsables de Rebel se sont adjoints les services de l’entreprise Ateliers & Saveurs Consultants de Fanny Gauthier (mixologue) et Éric Gauthier (cuisinier), ainsi que de leur associé Arnaud Ferrand (sommelier). Fanny Gauthier a œuvré autant à la décoration de l’espace qu’à la confection de cocktails originaux pour l’endroit. En France, elle a acquis une solide expérience au célébrissime Buddha-Bar Paris, elle arrive donc avec tout un bagage de connaissances… «Nous désirons que, lorsque le client vient au Rebel, qu’il fasse ‘‘Wow!’’ sur la qualité et l’originalité des plats et des cocktails qui seront exclusifs, ainsi que sur le service qui sera courtois et personnalisé, note Mme Gauthier. Ce ne sera pas du grand luxe, mais on s’entend que l’on vise plus haut qu’une brasserie traditionnelle.»

D’une capacité de 138 personnes, incluant le bar, Rebel «offrira de temps à autres des spectacles de jazz ou de piano, mais ce sera pour des occasions et non en continu», dit Paul Mathieu, le gérant qui, au moment de la rencontre, avait plus que hâte d’assister à l’ouverture du bistro.

«La brasserie possède une licence de bar, donc elle est accessible aux 18 ans et plus. Par contre, l’été, avec la terrasse, on pourra accueillir des enfants avec leurs parents sans problèmes», spécifie M. Sergakis. Mais Rebel aura un menu évolutif, donc on s’adaptera
certainement à la saison. «L’été, il y aura des plats plus légers, des salades, de la bouffe fraîche qui se mangera bien en terrasse», ajoute Patrick Delmas.

Bref, comme on le constate, Rebel est le fruit d’une collaboration d’individus impliqués depuis longtemps dans le milieu de l’hôtellerie et de la restauration… Le résultat n’en est que plus spectaculaire.




Rebel Brasserie urbaine
1470, rue Sainte-Catherine Est, Mtl. Ouvert de 11h à 3h (la cuisine
ferme à 23h). T. 514-529-9624 ou rebelbrasserie.com