Bangkok à découvrir

Traditions et avant-garde

Carl-Éric Duhaime
Commentaires

Bangkok est la plus grande ville de la Thaïlande, une destination touristique mouvementée, qui attire les visiteurs du monde entier grâce à son patrimoine culturel, sa gastronomie, ses bonnes affaires et sa vie gaie décomplexée.

À l’est de Bangkok se trouve le centre historique, avec ses temples polychromes et ses palais dorés. À l’ouest et au centre, il y a la nouvelle ville, délimitée par le trajet du Skytrain. Au cours des dernières années, la capitale thaïe s’est transformée, s’est modernisée à coups de centres d’achat, de boutiques concept au design high-tech, de restaurants cosmopolites… Zoom sur quatre spots en pleine expansion.

Étirée à l’ouest de Bangkok, la vieille ville conserve tous ses charmes. Du quartier historique à la State Tower, on passe des palais, temples, maisons de bois et étals de nouilles à des hôtels et restaurants sélects, boutiques de mode et autres exemples d’architecture moderne. Pour accéder à cette partie de la ville, non-desservie par les transports collectifs, le ferry mène jusqu’à l’embarcadère Tha Chang, dont les berges sont très animées.

Si le flot de touristes friands de patrimoine se dirige surtout vers le Grand Palais et le temple du Bouddha d’Émeraude, le site du temple Wat Pho, restauré il y a peu, constitue une alternative tout aussi intéressante. Celui-ci renferme le plus grand bouddha couché – 46 m de long sur 15 m de haut – et la plus vaste collection de bouddhas de Thaïlande. Le Wat Pho est aussi le centre national d’enseignement de la médecine thaïe traditionnelle et dispose d’un centre de massages à l’entrée. Le quartier de Ko Ratanakosin réunit également deux théâtres de premier plan : le Patravadi, d’avant-garde et en plein air, dirigé par la célèbre actrice et dramaturge Patravadi Mejudhon, et le Théâtre National, récemment rénové, à la programmation plus traditionnelle, avec des performances de danseurs masqués.

Quartier bobo
Juste à côté du quartier historique, celui de Banglamphu s’avère un des plus agréables de Bangkok, sorte de village urbain avec des maisons à deux étages, où artistes bohèmes, étudiants et touristes hasardeux trouvent leur bonheur à peu de frais. Petits restaurants authentiques, terrasses décorées, boutiques d’artisanat local et le long marché de la Khao San Road où s’étalent vêtements, sacs, objets, bijoux, CD de musique thaïe… dans une atmosphère relax. Les curry shops abondent aussi dans le coin, où l’on peut se procurer des épices – dont le curry jaune, vert ou rouge – très variées et d’excellente qualité. Autre option : savourer un curry dans un des nombreux spots, tel le minuscule et très couru Arawy, un des premiers restaurants végétariens de la ville. De là, ne pas manquer de se rendre au temple Wat Saket sur le mont d’Or, dont le sommet offre une vue panoramique sur Bangkok. On y accède via un escalier qui serpente entre les arbres, les tombes, les reliques et les portraits de disparus.

Restos étoilés
De part et d’autre du Lumphini Park, poumon vert de Bangkok, s’étendent les vibrants quartiers de Silom et Siam Square, et des images de modernité tentaculaire. Quartier de la finance, Silom offre peu d’intérêt en lui-même, mis à part ses adresses culinaires étoilées et ses bars d’avant-garde, comme le Cy’an, détenu par deux chefs australiens, qui mêle les influences méditerranéenne et asiatique ainsi que des saveurs subtiles. Ou Eat! Me Art, une valeur sûre qui attire artistes, stylistes et voyageurs. Déployé sur deux étages, le restaurant au design novateur propose également des mets exotiques et raffinés.

Mais le nouveau visage de Bangkok s’affiche surtout dans ses centres d’achat climatisés, qui se multiplient du côté de Siam Square et offrent une parenthèse à la pollution et à la chaleur humide de la ville. Des dizaines de milliers d’acheteurs, des jeunes en majorité, s’y croisent et recroisent à longueur de journée. Le plus branché, le Siam Center, offre au dernier étage la possibilité de s’offrir un bol d’air, à partir d’herbes naturelles – bergamote, eucalyptus, lotus, rose, etc. – que l’on aspire par le nez, à l’aide d’une paille.

Mode et design de pointe
Dans ce quartier cosmopolite et cité parmi les plus branchés d’Asie alternent aujourd’hui des espaces de pointe de la mode et du design, des bars et restaurants tendances, des librairies ciblées, des instituts de chi-rurgie esthétique… tout au long de l’artère la plus longue de Bangkok, Sukhumvit. Depuis une décennie, le coin, entaché par les dealers et la prostitution, a subi une refonte, surtout dans sa partie ouest, sous l’impulsion d’une nouvelle station de métro et des actions immobi-lières qui ont suivi. Sukhumvit ne manque pas de bonnes adresses où se poser à tout moment de la journée, à
l’écart de l’effervescence urbaine. Que ce soit au fil de ses marchés, dans ses boutiques-concept climatisées, dans ses librairies anglophones, dans les salons de thés, bars et restaurants. Un des musts du coin est le Spring & Summer. Dans un environnement aéré et sous un même toit, deux restaurants proposent une cuisine thaïe contemporaine. En haute saison, le Summer s’ouvre sur l’extérieur pour, en fonction de l’heure, savourer un chocolat chaud, prendre l’apéro ou dîner sur la pelouse. Le coin détonne aussi par son éclectisme architectural : tours mixtes, quadrilatères en verre, façades de bois, bâtiments des années 30, 50, 70… Un des exemples les plus réussis est le H1, un centre d’achat aux lignes minimalistes, réhabilité par le studio du célèbre architecte Duangrit Bunnag. De même, des institutions s’offrent une nouvelle visibilité, tel le Pridi Institute: cette fondation caritative et culturelle, qui date des années 30, propose des expositions artistiques bimensuelles, un cinéclub le premier weekend du mois, mais aussi des performances et de la danse.

La capitale de la communauté gaie asiatique
Bangkok est la ville asiatique gaie par excellence, et vous y trouverez de nombreux bars et discothèques que les communautés gaies locales et étrangères ont adoptés, ainsi que d’excellents spectacles de travestis ou de transsexuels qui vont de la danse exotique jusqu’aux défilés de mode et aux spectacles comiques. La plupart de ces établissements se trouvent dans le Soi Pratoochai, que les habitants de Bangkok appellent Soi Twilight, et qui s’étend entre la Surawong Road et la Silom Road. La discrimination envers les homosexuels n’existe pas réellement à Bangkok. Toutefois, la prostitution est formel- lement illégale. Vous y trouverez de nombreux hôtels gay-friendly, des karaokés, des salons de massage, et des saunas qui ouvrent leurs portes au troisième sexe.