Salon du meuble de Milan 2012

Des meubles pour l’imaginaire

Ali Shams
Commentaires
Le design 2012 se fait plus confortable et moelleux, et invite à la détente. Qu'il évoque le songe éveillé par sa singularité ou le sommeil profond par sa conception, le design 2012 invite au lâcher-prise. S'il est un objet qui symbolise le rêve, c'est bien le miroir rond imprimé lune My Moon My Mirror de Moroso pour Diesel, à suspendre au mur ou à placer au cœur de la pièce, et qui porte naturellement à la méditation. Moroso, qui, par ailleurs, a présenté les assises Moon, dont les tons métalliques et irisés rappellent l'astre nocturne dans toutes ses variations, inaugure ainsi un design de crise, dans la réflexion plus que dans l'ostentation, à l'instar de ce qui fut présenté au Salon du meuble de Milan : plus sage dans l'ensemble, plus doux, comme pour conjurer la dureté des temps. ?Dorénavant la création passe sous le prisme de la nuance, qu'il s'agisse de luminaires, d'étagères, de lits ou de sofas. Ainsi, les canapés et fauteuils sont moins rebondis que les saisons passées mais autrement plus moelleux, propices aux siestes profondes et au vagabondage intellectuel, comme si l'usage, tout à coup, détrônait la forme. Ils prennent de l'épaisseur, s'allongent et s'élargissent, tout en restant modulables, capables de se plier à nos envies de changement et à notre espace de plus en plus réduit.

C'est le cas des modèles Tribeca et Paris-Séoul designés par Jean-Marie Massaud pour Poliform, mais aussi de son fauteuil Santa Monica Lounge, du canapé extra-large Lucrezia de B & B Maxalto, et des différentes assises extra-extra-larges de Minotti qui misent tout sur le confort, le naturel, les cuirs noirs et bruns, les tissés grèges et gris. Des tons extrêmement présents cette année, chez Poltrona Frau par exemple, qui revisite son fameux Chesterfield Manto en noir et gris et décline une méridienne à peine plus teintée dans un bleu grisé glacier. Même Mercedes-Benz signe avec Formitalia une première collection de mobilier bien caréné mais chaste dans le fond, et dans les formes, qui nous incline à la paresse vitesse grand V.?Les nuances nocturnes font un retour en force comme s'il fallait s'effacer derrière la pureté des formes, que la couleur ne brouille pas le message et ne ferme l'esprit à la rêverie. Autour du noir et du blanc, des gris, des taupe, des beiges, et les tons de la lune donc, dont les feux métalliques et nacrés sont encore exploités par la maison d'édition Sé : les tables d'appoint Bala créées par Jaime Hayon évoquent la neutralité, la douceur, la nacre et l'arrondi d'un coquillage au soleil. Blanche aussi est la bibliothèque CTLine de Boffi, réalisée par Victor Vasilev, une curiosité visuelle qui ne nécessite pas d'exubérance superflue. Composée de modules – six colonnes –, elle offre deux visages selon qu'on la regarde sur sa gauche ou sur sa droite : d'un côté, des étagères, de l'autre, six plans cachés, de différentes hauteurs.