Malaise…

La présidente du Libéria, Prix Nobel de la Paix, défend la législation homophobe de son pays

Chantal Cyr
Commentaires
La présidente du Libéria Ellen Johnson Sirleaf, Prix Nobel de la Paix, provoque la polémique et un malaise au niveau international en défendant la loi homophobe en vigueur dans son pays dans une interview au journal The Guardian. Ellen Johnson Sirleaf, la présidente du Libéria et lauréate du prix Nobel de la paix, a défendu une loi qui criminalise l'homosexualité dans une interview conjointe avec Tony Blair, l'ancien Premier ministre britannique, qui a refusé de commenter ses propos. Les deux personnalités participaient à un entretien avec le journal britannique The Guardian au Libéria.

La législation libériane punit actuellement l'homosexualité d'un an de prison maximum et deux textes de loi en discussion prévoient d'imposer des peines beaucoup plus sévères, dont un projet qui ferait du mariage de même sexe un crime passible de 10 ans de prison. «Nous sommes attachés à notre situation actuelle», a déclaré la présidente Sirleaf, ajoutant: «il y a certaines valeurs traditionnelles de notre société que nous voudrions à préserver».

Tony Blair, présent à ses côtés, a semblé peiné par ces déclarations, mais a refusé de remettre cause les propos de la présidente Sirleaf. Alors qu'il était premier ministre, il a appuyé les droits des LGBT, y compris les partenariats civils et ouvert le service militaire aux homosexuels en Grande-Bretagne.

« Je ne vous donnerais pas ma position sur la question, elle est connue», s'est contenté de déclarer l'ex-premier ministre. «Un des avantages de ce que je fais maintenant est que je peux choisir les questions que je traite», a-t-il poursuivi. Pressé de réagir aux déclarations du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon exhortant les dirigeants africains à respecter les droits des homosexuels, Tony Blair, a refusé de réagir.

Les menaces brandies à la fin de l'année dernière par la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton de subordonner les aides américaines à l''intégration des droits des LGBT par les pays concerrnés avaient suscité une forte polémique en Afrique. Ellen Johnson Sirleaf, 73 ans, a reçu le prix Nobel de la paix l'année dernière pour des travaux visant à promouvoir les droits des femmes. Elle effectue actuellement son deuxième mandat. Elle est devenue la première femme présidente en Afrique, quand elle a été élue en 2006.