Allemagne

Une transsexuelle de 11 ans au coeur d'un conflit familial sur son genre

Étienne Dutil
Commentaires
Une préadolescente transsexuelle de 11 ans est sur le point d'être placée en établissement psychiatrique par son père qui consteste son genre. L'affaire suscite l'inquiétude de l'Organisation internationale de jeunes gais et lesbiennes (IGLYO). Selon un communiqué publié lundi par l'IGLYO, la jeune fille, identifiée comme «Alex» vit avec sa mère, qui la soutient dans l'expression de son genre. Mais son père, divorcé, rejette fermement l'identité sexuelle de sa fille et veut la contraindre à se développer comme un garçon. Il est soutenu par l'Office des mineurs de Berlin et Alex risque d'être bientôt être internée dans un établissement psychiatrique fermé qui prétend la ramener à la «normalité».

Dans une interview publiée ce mois-ci dans le magazine en ligne taz.de Alex confie qu'elle s'est identifiée comme femme «depuis aussi longtemps qu'elle puisse se souvenir». Elle est acceptée comme fille à l'école, et a été enregistrée en tant que telle.

Son père a toujours insisté pour l'appeler «Alexander» et l'habiller avec des vêtements de garçon. Face au réactions négatives d'Alex, ses parents se sont affrontés puis séparés sur la question de son genre. À l'approche de la puberté Alex affirme qu'elle préfèrerait mourrait plutôt que de nier son genre. La jeune fille veut être traitée avec des œstrogènes, ce que son père veut empêcher.

Devant ce conflit, Alex risque de se retrouver en institution à la demande du père. Le Bureau de protection de la jeunesse de la Ville de Berlin se base le risque de suicide pour soutenir le principe d'un placement en institution fermée.

Les organisations trans ont réagi à ce cette situation. Elles dénoncent le caractère traumatisant d'une puberté dans un sexe opposé à celui que l'on ressent comme le sien. L'Organisation internationale de jeunes gais et lesbiennes (IGLYO) a publié un communiqué en soutien à Alex et à sa mère, soulignant «les dangers des 'thérapies' forcées visant à faire entrer les enfants dans des rôles de genre déterminés pour eux par la société».

L'IGLYO demande aux autorités de Berlin d'intervenir auprés de l'Office de protection de la jeunesse et de revenir sur le retrait de l'enfant à sa mère. L'organisation réclame la consultation d'experts indépendants. L'affaire devrait renvoyée vers la cour suprême d'Allemagne.