Profil de santé

La communauté gaie serait-elle plus susceptible?

André-Constantin Passiour
Commentaires
Février est considéré comme le «mois du coeur», soit le mois de sensibilisation aux problèmes et maladies cardiaques. Des sources disent que 35% des adolescents des communautés gaies et bisexuelles font usage du tabac, contre 29 % chez les hétérosexuels. Pire encore, selon quelques études, 47 % à 67 % des hommes vivant avec le VIH/sida fument, contre près de 20 % de la population en général. Le tabagisme peut entraîner des maladies cardiovasculaires graves, tout comme la consommation de drogues stimulantes. Chaque année, au Canada, il y a 70 000 crises cardiaques. Toutes les sept minutes, une personne succombe à une maladie du cœur ou à un accident vasculaire cérébral (AVC). Ces phénomènes comptent pour 29 % de tous les décès au Canada (69 648 décès en 2008). Chez les hommes, cela représente 28 % des mortalités, tandis que les femmes sont touchées à 29,7 % (toujours en 2008, selon Statistique Canada). En comparaison, toujours en 2008, plus de 70 500 personnes mouraient du cancer au Canada.

Plusieurs facteurs de risque sont à surveiller : l’hérédité, la
sédentarité (manque d’exercice), l’hypertension artérielle, le cholestérol (donc la nutrition), le diabète, le tabagisme, etc. «Bien sûr, on ne peut pas changer la génétique ou son âge, mais on peut changer ses habitudes comme arrêter de fumer, faire attention à son alimentation, diminuer sa prise de drogues, etc.», de dire le Dr Pierre Côté, omnipraticien à la Clinique médicale du Quartier Latin. Le fait que bien des hommes vivant avec le VIH-sida soient des fumeurs inquiète le médecin. «Le VIH entraîne un état inflammatoire dans l’organisme, ce qui peut endommager des vaisseaux sanguins et, éventuellement, causer une crise cardiaque. Il faut donc être particulièrement vigilant avec sa santé», insiste-t-il. En revanche, il semblerait que les hommes gais fassent plus d’exercice que la population en général. Ils sont également plus conscientisés quant à leur alimentation. «Mais il ne faut pas aller au gym que pour les muscles. Il faut aussi faire du cardio!», précise Dr Côté. De plus, ce dernier conseille fortement à tous les hommes de consulter un médecin pour dresser leur bilan de santé. « La médecine préventive est là. Avec la médication, on peut contrôler l’hypertension, le cholestérol, le diabète et suivre le patient pour l’encourager à arrêter de fumer, à faire de l’exercice, à voir à son alimentation, etc.», termine le Dr Côté, dont une grande partie de la clientèle est constituée d’hommes gais et bisexuels.