Rencontres

L’application GrindR ne serait pas vraiment sécuritaire

Étienne Dutil
Commentaires
Convaincu que la sécurité des données stockés sur l'application de rencontres gaies serait inexistante, un hackeur australien gai a trouvé le moyen d'exposer des centaines de détails intimes de ses utilisateurs. Avec près de trois millions d'utilisateurs séduits par son système de géolocalisation, la plateforme est devenue en quelques mois l’une des plateformes de rencontres favorite de bien des gais en Occident. Mais Grindr aurait grandi trop vite,selon le hackeur australien qui a trouvé le moyen de pénétrer la base de données de l'application.

Le pirate aurait réussi à s'identifier comme différents utilisateurs, à chatter et envoyer des photos à leur place, raconte le « Sydney Morning Herald ». L'individu a même créé un site, il y a quelques mois, où il exposait certains profils, photos X et données sur les préférences sexuelles inclus. Il a été fermé, il y a une semaine, sous la menace de poursuites par Grindr.

Selon un expert sollicité par le quotidien de Sydney, l'application «n'a aucune véritable sécurité» et a été «mal conçue». Le fondateur de Grindr, Joel Simkhai, a reconnu que le système contenait quelques failles et annoncé qu'il allait anticiper la publication d'une mise à jour du système prochainement qui allait régler les irritants, sans toutefois donner plus d’information.