Prison

L'ONU estime que la mise à l'isolement devrait être abolie pour les mineurs, à l'exception des homosexuels

Chantal Cyr
Commentaires
Le placement à l'isolement en prison devrait être aboli dans tous les pays pour les mineurs et les personnes atteintes de maladies mentales, a estimé mardi le rapporteur spécial de l'ONU sur la torture, Juan Mendez. «Étant donné les nombreuses souffrances psychologiques pouvant résulter d'une mise à l'isolement, ce traitement peut être assimilé à de la torture et être considéré comme cruel, inhumain ou dégradant (...) pour les mineurs ou les personnes atteintes de troubles mentaux», a-t-il dit lors d'une conférence de presse.
Il a cependant émis quelques exceptions, la mise à l'isolement carcéral pouvant notamment permettre, selon lui, de protéger des détenus contre des agressions d'autres prisonniers, notamment pour les homosexuels.