Dons de sang

Pas de relations sexuelles depuis dix ans pour donner son sang en Grande-Bretagne ?

Chantal Cyr
Commentaires
Le gouvernement britannique s'apprêterait à lever l'interdiction visant les homos. Mais il faudrait ne pas avoir eu de relation sexuelle pendant une décennie pour répondre aux nouveaux critères! On ne peut pas vraiment appeler cela une bonne nouvelle. S'il est réjouissant que les gouvernements révisent progressivement leur jugement par rapport à l'exclusion définitive des gays du don du sang, les avancées ne correspondent pas tout à fait à des pas de géant. Après la France, qui est passée d'une «exclusion» à une «contre-indication» justifiée par «la sécurité sanitaire», le Royaume-Uni devrait lui aussi assouplir la loi. La Ministre de la Santé Anne Milton devrait, selon le «Sunday Times», annoncer très prochainement que l'exclusion définitive sera remplacée par l'exigence d'une absence de relation sexuelle de dix ans. Lors des débats parlementaires, les experts du Comité consultatif sur la sécurité du sang avaient affirmé qu'une interdiction de cinq ans augmenterait de 5% le risque de contamination du sang, alors que ce chiffre était divisé par deux si la limite était fixée à 10 ans. En outre, il est estimé que 7% des gays sexuellement actifs donneraient d'ores et déjà leur sang malgré l'interdiction.

Pour les hétérosexuels, seules les personnes ayant eu des relations sexuelles avec des partenaires irréguliers durant les six derniers mois sont d'office écartées. Le but est d'éviter que des personnes ignorant qu'elles ont été récemment contaminées donnent leur sang et que celui-ci ne puisse être correctement testé en raison de la fenêtre sérologique durant laquelle le virus n'est pas forcément détectable. Mais cette différence de traitement nie totalement que de nombreux homosexuels entretiennent une relation monogame. D'autant plus que, selon les statistiques officielles, le nombre de personnes contaminées par une transfusion sanguine au Royaume-Uni s'élève à deux depuis 1985.

 
Voir les archives

Anciens commentaires

  • On verra que le Canada appliquera les mêmes conditions afin de ne semble pas «discriminatoire­» Publié le 14/04/2011
  • Ça me dégoûte de voir que c'est perçu comme une avancée selon le gouvernement. J'aimerais aussi bien qu'ils s'affirment homophobes plutôt que de les voir se couvrir de ridicule en mettant des conditions aussi puériles et tout aussi homophobes pour avoir l'air "politically correct". Quand les organismes de dons de sang arrêteront une bonne fois pour toutes ces discriminations fondées sur des données erronées, elles gagneront mon respect. De un, c'est pas comme si la sodomie était pratiquée par la communauté homosexuelle uniquement. De deux, il n'y a pas que la sodomie comme pratique sexuelle et ce, même pour les homosexuels; et de trois, je ne vois pas en quoi être gay veut automatiquement dire être polygamme! Publié le 14/04/2011
Voir les archives

Anciens commentaires

  • On verra que le Canada appliquera les mêmes conditions afin de ne semble pas «discriminatoire­» Publié le 14/04/2011
  • Ça me dégoûte de voir que c'est perçu comme une avancée selon le gouvernement. J'aimerais aussi bien qu'ils s'affirment homophobes plutôt que de les voir se couvrir de ridicule en mettant des conditions aussi puériles et tout aussi homophobes pour avoir l'air "politically correct". Quand les organismes de dons de sang arrêteront une bonne fois pour toutes ces discriminations fondées sur des données erronées, elles gagneront mon respect. De un, c'est pas comme si la sodomie était pratiquée par la communauté homosexuelle uniquement. De deux, il n'y a pas que la sodomie comme pratique sexuelle et ce, même pour les homosexuels; et de trois, je ne vois pas en quoi être gay veut automatiquement dire être polygamme! Publié le 14/04/2011