7e Gala

Les lauréats du Gala Arc-en-Ciel

André-Constantin Passiour
Commentaires
C’est le 25 octobre dernier que s’est tenu ce 7e Gala, dans un cabaret du Lion d’Or rempli. L’ambiance était fébrile alors qu’académiciens, membres de groupes communautaires, représentants d’entreprises et politiciens prenaient place dans cette salle. Après l’ex-juge de la Cour suprême du Canada, Louise Arbour, et l’ex-député néodémocrate Svend Robinson, c’était au tour de la chercheuse, intervenante, professeure de Concordia et membre de l’Institut Simone de Beauvoir, Viviane Namaste de recevoir le Grand prix remis par le CQGL (Conseil québécois des gais et lesbiennes) qui est le maître d’œuvre de cette soirée haute en couleurs et en émotions fortes pour les récipiendaires. Chaque année, ce gala vient souligner le travail acharné de groupes ou d’individus qui ont donné le meilleur d’eux-mêmes pour l’avancement de la cause LGBT.


Un des grands moments de la soirée fut lorsque la Conférence régionale des élus de l’Abitibi-Témiscamingue a reçu le prix Partenaire par excellence en raison de son engagement auprès des jeunes gais et le programme mis en place pour contrer la discrimination. «Pourquoi défen- dons-nous cette cause? Parce que nous avons à cœur le développement des jeunes […] Pour que les autres régions du Québec soient inspirées par l’Abitibi-Témiscamingue», a dit Ulrich Chérubin, le maire d’Amos, entouré de sa délégation.


Autre temps fort de l’événement, le GRIS qui s’est vu offrir le prix Excellence du jury. La salle a littéralement explosé sous les applaudissements nourris alors qu’un Robert Pilon (son président) très ému est monté sur l’estrade avec plus de 25 membres et bénévoles, dont les porte-parole Macha Limonchik et Vincent Bolduc, ainsi que le récipiendaire d’une Mention spéciale du jury pour le traiteur Grand-papa Gâteau, Daniel Durocher, qui appuie le GRIS depuis une dizaine d’années.



Plus tôt, le député de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Martin Lemay, a remis la médaille de l’Assemblée nationale à Mona Greenbaum, de la Coalition des familles homoparentales, qui est montée sur scène en compagnie de la chef de l’Opposition officielle, Pauline Marois.
«On travaille souvent dans la communauté sans recevoir de récompense ou de compliments [cette médaille] est très appréciée», a dit émue Mme Greenbaum, dont la conjointe Nicole et leurs enfants sont montés sur l’estrade.



Nouveauté cette année, un prix Iris-Média, remis à une personne d’un média ayant contribué à la communauté LGBT. C’est le journaliste de Radio-Canada et auteur, Denis-Martin Chabot qui est devenu le tout premier récipiendaire.




Le prix Groupe par excellence fut remis à AlterHéros et à son président Marc-Olivier Ouellet. Il s’agit du premier groupe à faire de la démystification et de l’épanouissement auprès des jeunes LGBT uniquement sur Internet. Son site www.alterheros.com enregistre près de 2 millions de visi-tes annuellement.



Puis, ce fut au tour d’une jeune femme dynamique de recevoir le prix Relève par excellence, soit Dina Habib , organisatrice des soirées de réseautage Pink28 pour les femmes gaies professionnelles.


Le prix Projet par excellence fut dévolu au programme édu-catif «Regards sur les familles homoparentales», offert aux enfants du primaire, pour lutter contre l’homophobie. La présidente, Mona Greenbaum, n’en revenait tout simplement pas de tant d’honneurs.

Le 4e prix de la soirée fut un hommage à l’auteure lesbienne Michèle Causse, décédée en juillet dernier à l’âge de 74 ans. Diane Heffernan est venue raconter au public qui était cette grande dame de la littérature lesbienne: «Elle était passionnée et passionnante», une inspiration pour toutes les lesbiennes à travers le monde. Après ce moment touchant, le prix Personnalité par excellence, présenté par le curé Raymond Gravel, a été octroyé à Line Chamberland pour ses travaux à l’Institut de recherche et d’études féministes (UQAM).

Elle a été à Jeunesse Lambda et a mis des heures incalculables à AlterHéros, c’est pour cela que Julie-Maude Beauchesne fut nommée Bénévole par excellence.


La surprise finale fut lorsque Yan Lavoie s’est mis à chanter une toute nouvelle chanson aux allures house sur des paroles de Kat Coric , qui venait de recevoir le prix Coup de cœur, aussi émue qu’incrédule de le voir sur scène alors que tout le monde tapait des mains sur ce rythme endiablé, y compris un Steve Foster, le président-directeur géné-ral du CQGL, manifestement heureux de ce gala.


Cela terminait bien cette soirée animée par Frédéric Loiselle et qui a vu aussi défiler sur scène les artistes Martine St-Clair, Valérie Blais (de l’émission Tout sur moi) et Frédéric Baron.