«United for Change»

La réthorique des Frères Musulmans à Montréal

André-Constantin Passiour
Commentaires
Le 25 septembre prochain, au Palais des congrès de Montréal, se déroulera une importante rencontre mondiale d’un groupe musulman ultra conservateur et rétrograde relié à la Confrérie des Frères Musulmans. L’auteur bien connu Tariq Ramadan, aux propos ambigus, ainsi que Jamal Badawi, un des tenants de la Muslim Association of Canada, un autre groupe très conservateur, y seront parmi les conférenciers invités. De telles organisations sont reconnues pour leurs discours faisant référence à une interprétation stricte du Coran, le livre saint de l’islam, et de la loi qui en découle, soit la Sharia, qui interdit formellement, sous peine de mort et de flagellation, les relations sexuelles entre hommes. C’est de cette mouvance que sont, notamment, les talibans afghans et pakistanais, ainsi que le Hamas en Palestine (à Gaza) cela donne une idée de la philosophie et des idéologies qui sous tendent de tels groupes. Sous le régime des talibans, en Afghanistan, des dizaines d’hommes soupçonnés d’être homosexuels ont été exécutés, soit en public au stade de Kaboul, soit contre un talus ou un mur alors qu’on leur fonçait dessus avec un camion. À Gaza, des organisations internationales des droits et libertés ont noté une recrudescence d’actes homophobes comprenant arrestations, tortures, exécutions ou assassinats (on a enregistré la pendaison à des lampadaires d’hommes présumés homosexuels).

Au Canada et au Québec, on connaît très peu la Confrérie des Frères Musulmans. Cette organisation a été fondée à la fin des années 1920, en Égypte, par un sheikh de campagne, Hassan El Banna, qui voyait en «l’occidentalisation» de l’Égypte une très mauvaise chose. Il a donc établi un programme en une cinquantaine de points afin d’islamiser totalement la société égyptienne, programme qui incluait la fermeture des théâtres, des cinémas, des boîtes de nuit, une application stricte de la loi coranique, un code vestimentaire pour les hommes et les femmes, l’abolition des partis politiques et l’établissement d’un gouvernement totalitaire islamique, entre autres. Or, avec le temps, les Frères Musulmans ont essemé un peu partout dans le monde arabo-musulman avec une philosophie contre les droits des femmes, des gais et lesbiennes, etc. entraînant dans leurs sillages la formation de groupuscules et d’organisations allant même jusqu’au terrorisme.





On sait que malgré plusieurs livres modérés, l’auteur Tariq Ramadan, qui vit en France, fraie avec les sheikhs et les mollahs les plus conservateurs et controversés aux discours haineux appelant même, parfois, à la guerre sainte (le Jihad). Quant à Jamal Badawi, un citoyen canadien, il est reconnu pour être un supporteur des Frères Musulmans et d’organisations islamo canadiennes très conservatrices.

Mais attention, de telles personnalités ne diront jamais qu’elles sont en faveur de l’emprisonnement ou de la peine de mort pour les LGBT, leurs discours sont beaucoup plus subtils et nuancés en public, surtout en terre d’Occident, elles invoqueront tout simplement la Sharia et le Coran… Et que disent-ils sur les LGBT ? Que l’homosexualité est répréhensible et doit être absolument punie ! Donc quoi ?





La communauté LGBT d’ici jouit de droits reconnus, mais il ne faut pas oublier les gais et lesbiennes à travers le monde arabo-musulman et qui vivent dans une peur constante de l’application stricte de la loi islamique. Ce qui a court par ces temps-ci c’est justement une avancée fulgurante des idéologies véhiculées par les Frères Musulmans, une radicalisation des sociétés musulmanes – l’épisode récent des manifestations contre le pasteur protestant américain voulant brûler le Coran et les heurts qui en ont résultés (une école privée chrétienne qui a été incendiée au Kashmir indien, entre autres) – qui menace les droits fondamentaux des LGBT dans ces pays-là. La population occidentale connaissant mal ce type d’association qu’est Confrérie des Frères Musulmans réagit peu ou semble apathique, de même que les organisations de défense des LGBT car, ici, on tombe souvent dans le double discours et les sous entendus et les associations musulmanes, peu ouvertes à la critique, sautent à pieds joints sur les dénonciations à la première occasion invoquant le racisme ou le droit de pratiquer une religion…

Des centaines de gens participeront donc, le 25 septembre prochain, à ce congrès mondial de la Confrérie des Frères Musulmans, ici à Montréal.

 
Voir les archives

Anciens commentaires

  • c'est ce qu'on apelle de la simple demagogie et surtout une meconnaissance flagrante des talibans, du Hamas qui est une invention purement Israelienne, de Tariq Ramadan bref du n'importe quoi.En passant les trois religions monotteiste interdisent l'homosexualité. Publié le 15/11/2010
Voir les archives

Anciens commentaires

  • c'est ce qu'on apelle de la simple demagogie et surtout une meconnaissance flagrante des talibans, du Hamas qui est une invention purement Israelienne, de Tariq Ramadan bref du n'importe quoi.En passant les trois religions monotteiste interdisent l'homosexualité. Publié le 15/11/2010