Soudan

19 jeunes hommes gais condamnés au fouet pour avoir porté des vêtements de femmes

Chantal Cyr
Commentaires
Le juge Abdallah Ali de la cour criminelle d'Omdurman, près de Khartoum, a déclaré les jeunes hommes coupables et ils ont aussitôt été fouettés devant une centaine de personnes présentes, selon un journaliste de l'AFP sur place. Les 19 jeunes musulmans ont été condamnés en vertu de l'article 7 de la loi sur l'ordre public et de l'article 152 du code criminel mis en place deux ans après le coup d'État militaire d'Omar el-Béchir, soutenu par les islamistes, de juin 1989. L'article 152 du code criminel prévoit des peines allant jusqu'à 40 coups de fouet et une amende pour quiconque enfreint la «moralité publique» ou porte des vêtements «indécents».



La presse soudanaise avait fait état en début de semaine du procès à Omdurman d'un «groupe d'homosexuels» arrêtés lors d'une fête de «mariage» de deux d'entre eux. La question de l'homosexualité est un sujet tabou au Soudan, pays majoritairement musulman et, en règle générale, conservateur.

Le juge Abdallah Ali n'a toutefois fait aucune référence à l'homosexualité en rendant sa sentence, selon le journaliste sur place. Les condamnés doivent aussi verser une amende allant, selon les cas, de 500 à 1000 livres soudanaises, l'équivalent de 200 à 400 dollars américains. Le jeune homme condamné à 1000 livres soudanaises d'amende pourrait passer deux mois en prison s'il est inccapable de s'acquitter de cette somme.

L'article 152 avait été invoqué l'an dernier à la même période dans le procès de la journaliste Loubna Ahmed Hussein, reconnue coupable d'avoir porté un pantalon jugé «indécent» par les autorités. La «journaliste au pantalon» n'avait toutefois pas reçu de coups de fouet.