Les « Gaybécois » et leurs tentes… de camping

Venez prendre un coup de soleil...

Michel Joanny-Furtin
Commentaires
On recense près d’une demi-douzaine de campings gais au Québec avec chacun leurs particularités. Au regard de leur succès de fréquentation, les «Gaybécois» aiment le camping, que ce soit en gîte ou en chalet, en roulotte ou sous la tente. Tentant, non? Installations, animations, socialisation en pleine nature - tout nu ou pas - les raisons de cet engouement sont multiples. Qu’est-ce qui pousse les gais à fréquenter ces lieux bucoliques ? «Les campeurs recherchent le contact avec la nature», explique Benoit Boucher, co-propriétaire depuis quatre ans du camping Plein Bois qui existe depuis 24 ans dans la grande banlieue ouest de Montréal, près de Rigaud. «Nos campeurs viennent beaucoup de Montréal d’abord, du Québec ensuite. Mais aussi d’Ottawa, Boston et des États-Unis. Ils viennent ici pour décrocher du stress de la ville, changer de paysage.»

«Nous recevons même des Européens, annonce Roger Gagnon, du domaine La Fierté. Internet a vraiment dynamisé la clientèle.»



Autres cieux, même constat, puisque chaque ville d’importance au Québec a son camping gai à
proximité : le domaine Arc-en-Ciel, entre Québec et Victoriaville; le gîte Bain-de-Nature, entre Sherbrooke et Granby; le Domaine Émeraude, entre Sorel et Drummondville, et le Domaine de la Fierté, entre Joliette et Rawdon.

«On vient ici pour la sainte paix dans le grand jardin, pour une convalescence ou pour se ressourcer», poursuit Kerry Summers du gîte Bain-de-Nature qui fêtera ses trente ans cette année.

«Les clients viennent des tous les coins du Québec, pour profiter de la Vieille Capitale à une trentaine de minutes d’ici, ou pour relaxer ou s’amuser», complète Jean-Noël Campbell du Domaine Arc-en-Ciel.

«Ouvert toute l’année, le domaine La Fierté a même ses résidants permanents en maison mobile qui partent au travail tous les matins», ajoute Roger Gagnon.



Y’a pas qu’le Sud ou les voyages !
«Des vacanciers consacrent une partie de leurs semaines de congés ici, d'autres utilisent le camping comme un pied à terre pour la belle saison, à 45 minutes de Montréal», explique Benoit Boucher du Plein Bois.

«En semaine, nous avons une heure, non pas de ‘‘couvre-feu’’, mais une obligation de réserve et de silence, car certains campeurs quittent la ville dès les beaux jours et s’installent ici plusieurs semaines tout en partant chaque matin au travail», explique Jean-Noël Campbell du Domaine Arc-en-Ciel.
«Pour ceux-là, le camping remplace avantageusement le chalet avec tous les services sans les inconvénients», image Kerry Summers en présentant Bain-de-Nature. « C’est finalement un hôtel plein-air en pleine nature à proximité de Québec. »

«C’est comme le Village Gai, mais à la campagne», décrit Roger Gagnon à propos de La Fierté.



Pour que le dépaysement soit complet, l’aménagement va dans le même sens avec, entre autres, pour Plein Bois, un décor de type Club Med avec palmiers et parasols. La plage de sable est remplacée par de grandes surfaces gazonnées, et le site qui - comme dirait la pub, «le nom le dit !» - est très boisé, propose un sentier pédestre en montagne. Pour le Domaine La Fierté, ce seront des dunes, des chutes et d’autres sous-bois. Alors que ce seront une île aussi et des sentiers pour le Domaine Arc-en-Ciel.

Mais, selon l’emplacement choisi, on peut être proche des autres campeurs, si on aime socialiser, ou choisir un site perdu dans les sous-bois, si on préfère l’éloignement visuel de la civilisation.


Tout l’monde tout nu ?

Le rapport au corps et à sa sensualité est une donnée relationnelle importante chez les gais. «Le naturisme est une activité très prisée par les gais. Nous voulons développer l’option Nature et Naturisme selon un concept très vert, d’ou le nom Émeraude», précise André Palerme, l’un des trois associés du Domaine Émeraude, l’ancien Gay-Luron, qui accueille ses campeurs depuis 34 ans! «C’est le deuxième camping gai en importance, le plus ancien encore en exercice, affirme André. Et le naturisme reste optionnel sur les ¾ du site.»

«Plein Bois propose une section naturiste avec une piscine chauffée et salée», renchérit Benoit Boucher.

«Bain-de-Nature est un gîte de type bed’n breakfast, rappelle Kerry Summers. Un espace exclusivement masculin protégé, accueillant et 100% naturiste, avec un grand parc qui n’est pas équipé techniquement pour le camping, mais on peut venir y planter sa tente en campeur sauvage», ajoute-t-il en souriant.

«Arc-en-Ciel dispose d’une partie naturiste, même si les ¾ du terrain sont zone textile », argumente Jean-Noël Campbell.


«À partir du 15 mai, il est optionnel sur tout le site de La Fierté, sauf dans les espaces publics», rappelle Roger Gagnon.

Tous proposent une section naturiste isolée et sécurisée, à l’abri des regards indiscrets. «Au cœur du domaine Émeraude, la grande île a toujours été un lieu naturiste et nous étendons maintenant notre politique ''vêtement optionnel'' à une bonne partie du site principal, précise André Palerme. Les naturistes se sentiront plus chez eux.»

Un lieu à notre image

À l’image d’un parc-nature où l’on peut dormir, un camping gai est une possibilité de vacances ou de détente à moindre coût qu’un voyage, un espace convivial protégé et sans préjugés, un espace de rencontres aussi, comme un bar gai où on passerait la nuit et dont la terrasse se perd sous les bois. Sauf qu’en organisant un centre de villégiature exclusivement réservé aux hommes gais, ne parlerait-on pas de ghetto ?

«Les expériences mixtes n’ont pas été concluantes, rappelle Jean-Noël Campbell. Mais cet espace vital pour nos membres est ouvert aux familles et aux amis une fois dans la saison.»

«À Plein Bois, nous organisons une fin de semaine pour la famille, fin juin», ajoute Benoit Boucher.

«Parce que notre saison dure toute l’année, et que nous avons plusieurs pères gais, indique Roger Gagnon, nous organisons, pour la première fois cette année, deux fêtes de la famille au domaine La Fierté, une au début de la saison chaude, début mai, et l’autre à la mi-septembre.»

L’argument «exclusivement gai», ou «pour hommes», comme s’il s’agissait d’un parfum, démontre bien cette volonté de ne pas mêler les genres et les styles pour des raisons de pudeur liée au naturisme, mais aussi parce que les différents gérants ne gardent pas forcément un bon souvenir des tentatives passées.
N’oublions pas que les campings sont aussi des lieux de socialisation et de rencontres et que l’exclusivité de l’espace est garante de l’explicité des codes et des thèmes, que ce soit pour séduire ou pour jaser! À quand alors les campings lesbiens ou transgenres?



Animons-nous les uns les autres

Volley-ball, soccer, pétanque, piscine, badminton, mais aussi randonnée, observation de la nature et vélo sans oublier les feux de camp, les BBQ communautaires et les partys de piscine, les animations proposées sont souvent les mêmes d’un camp à l’autre. Toutefois, les particularités font le charme de chacun. Côté animation, certains sites proposent un programme et s’adressent à des personnes clés, d’autres s’autogèrent de manière plus collégiale.

«En groupe, en couple ou solitaire, le site du
Domaine Émeraude est assez grand pour y faire toutes sortes d’activités sur place ou sortir pour des randonnées en vélo ou des visites, affirme André. Nous proposons un programme d’activités de base en plein air ou nature. Parallèlement, nous sollicitons la participation des campeurs à l’organisation de ces activités afin de créer des liens proches de la formule club où tout le monde se connaît d’amitié.»

«À La Fierté, je planifie le calendrier des activités dès janvier, avec des week-ends et des soirées thématiques, plusieurs animations en semaine pendant l’été et quelques événements : Fêtes nationales, Carnaval des deux lacs (notre Noël du cam-peur), son et lumière au grand lac, feux d’artifice, cinéma extérieur, etc., détaille Roger. Nous gardons quelques dates disponibles pour les propositions d’animations des campeurs.»

«À Plein Bois, nous organisons des activités et des événements en accueillant des artistes invités pour des soirées latinos, des T-Dances, des [email protected], notre carnaval, début juillet, avec Cantelli, ou le Noël des Campeurs le 24 juillet, etc.; nous donnons un thème chaque fin de semaine. Il y en a pour tous les goûts. Nous accueillons les groupes sur un terrain adjacent et sans service, mais avec accessibilité aux installations du camping.»

« À Arc-en-Ciel, l’animation est à la charge des usagers du camping. Ils élisent un Club social qui aura la
responsabilité de toutes les animations du site. Ce comité pourra utiliser certains équipements comme la discothèque, ouverte chaque vendredi et samedi, la grande salle pour présenter les spectacles préparés par les campeurs, un bar et l’immense piscine où s’organisent des compétitions», détaille Jean-Noël.

Bain-de-Nature vise une clientèle moins nombreuse en raison de sa capacité d’accueil, mais aussi plus sensible aux arts. En effet, le gîte dispose d’une galerie d’art ouverte aux artistes gais. «Je choisis quatre ou cinq artistes par an et leur offre les cimaises de la galerie tout l’été. 75% des profits de la vente des œuvres sont remise aux artistes».



La sensation d'être chez soi

Même si ces activités restent à la carte, elles balisent chaque camp en microcosme social qui se vit comme un véritable petit village animé, disposant de plusieurs services, et où l’activité de loisir remplace la fonctionnalité du travail, mais sans hiérarchie sociale, le temps d’une fin de semaine, d’un congé ou d’une journée pique-nique. Cette organisation, selon un cadre exclusivement masculin, ne serait-elle que la transposition bucolique du Village Gai… dans les sous-bois ?

Quelques nouveautés…

Plein bois installe un nouveau bloc sanitaire dans la zone naturiste. Le Domaine Arc-en-Ciel attend un dézonage qui doublera la capacité d’accueil du camping. Et le Domaine La Fierté enrichit et dynamise son programme d’activités et d’animations.

Quant au Domaine de l’émeraude : «C’est notre première saison. On se fie sur nos expériences personnelles pour reprendre un peu la même approche. Nous allons voir comment ça se passe afin d’orienter nos projets, rapporte André Palerme. Toutefois, il y a cette année quatre changements majeurs : une piscine à l’eau salée, plus hygiénique, et chauffée, ce qui permet d’allonger la saison des bains; un spa de 7 à 8 personnes; enfin, la salle communautaire avec plusieurs équipements (TV, billard, dards et jeux de société, etc.) sera ouverte tous les jours en cas de pluie ou, air conditionné oblige, de trop forte chaleur…»

Quant au gîte Bain-de-Nature, il organise le vernissage de son exposition Été 2010, le samedi 29 mai prochain, de 13h à 17h.


CAMPINGS

Domaine Émeraude
www.domaine-emeraude.com
T. 1 450-568-3634

Une centaine d’emplacements avec ou sans services, chalets, roulottes, cabines et appartements (à la journée, au week-end ou à la semaine), resto-bar, salle commune, piscine, spa, île naturiste.

Plein Bois
www.campingpleinbois.com
T. 1 888-459-4646

45 minutes de Montréal, 400 emplacements, chambrettes, roulottes, deux pisci-nes, terrasses, bars, restaurant, disco- thèque avec D.j. vendredi, samedi et jours fériés, salle de spectacles, terrains sportifs.

Bain de nature
www.baindenature.qc.ca
T. 1 450-375-4765

40 minutes de Montréal, hébergement en chambre et pension ou à la journée, possibilité de camping, spa, sauna, salon privé, galerie d’art.

Domaine de la fierté
www.campingdelafierte.com
T. 1 450-834-2888

45 minutes de Montréal, ouvert 12 mois/ année, plus de 400 emplacements, cam-ping sauvage, roulottes, tentes-roulottes et maisons mobiles, auberge 20 chambres, motel. Deux lacs, dunes et rivière, terrains de sports. Restauration, dépanneur, glace. Bar, discothèque, piscine.

Domaine Arc-en-ciel
www.dom-aec.com
1 866-928-5522

40 minutes de Québec, direction Montréal, 150 emplacements, camping avec ou sans services, chalets, roulottes, île, sentier pé-destre, pique-nique, terrain de jeux, piscine semi-olympique, resto et bar, terrasse, salle communautaire, musique vendredi et samedi.