Risque de santé Majeur

Cigarette et VIH : un bien mauvais mariage!

Dr Pierre Coté
Commentaires
Présentement, il est clairement établi que le fait de fumer représente un risque majeur de développer une maladie cardiovasculaire ou un cancer. Au début de l’épidémie du VIH, peu de gens se souciaient des effets que pourrait avoir le VIH sur le corps à long terme. Mais depuis l’arrivée de la trithérapie, les personnes séropositives vivent beaucoup plus longtemps et portent davantage attention aux pro-blèmes de santé qui peuvent survenir avec l’âge, de la même manière que les personnes séronégatives. Plusieurs études démontrent que les personnes séropositives fument plus que les personnes VIH-. L’augmentation des taux de gras et les autres complications reliées aux médicaments utilisés pour contrer le VIH ont fait ressortir l’importance de changer certaines habitudes de vie, tels le tabagisme, la diète ou l’exercice, pour diminuer les risques de développer des maladies, entre autres, les troubles cardiovasculaires. Le tabagisme représente le facteur modifiable le plus important pouvant causer le décès.

Fumer est moins acceptable socialement qu’il y a quelques années. La cigarette est de moins en moins populaire. Il reste qu’on estime qu’au sein de la population LGBT, le tabagisme serait présent chez près de 25% de gens.

Effets du tabagisme sur la santé
Les effets immédiats de la cigarette sont une augmentation de la pression sanguine, du rythme cardiaque et une moins bonne capacité de respirer, car la fumée de cigarette vient endommager les alvéoles (petits sacs d’air dans les poumons où l’oxygène pénètre dans l’organisme).
Cependant, les effets nocifs les plus importants causés par la cigarette sont à plus long terme, par exemple les cancers, les maladies chroniques du poumon et les problèmes cardiovasculaires. L’infection par le VIH augmente le risque de présenter ou d’aggraver la plupart de ces problèmes de santé.



Cancer du poumon
La maladie la plus souvent associée au tabagisme est certainement le cancer du poumon. Il est la principale cause de mortalité due au cancer au Canada. Les risques de mourir d’un cancer du poumon sont élevées parce qu’il est plus difficile à détecter au tout début de la maladie. Les fumeurs ont beaucoup plus de risques d’avoir un cancer du poumon que les non-fumeurs : 13 fois plus pour les femmes et 24 fois plus pour les hommes.

Plusieurs études indiquent que le risque de cancer du poumon est plus élevé chez les personnes infectées par le VIH comparativement à la population en général. Plus de 75% des personnes VIH+ souffrant d’un cancer du poumon fumaient.

Cancer de l’anus
Des recherches ont démontré que le tabagisme augmente le risque de cancer de l’anus causé par le du papillome humain (VPH qui donne les condylomes). Le risque de ce type de cancer est plus élevé chez les hommes infectés par le VIH. Le fait de fumer représente un risque supplémentaire.

Autres cancers
Bien que le cancer du poumon soit le cancer le plus fréquent chez les fumeurs, ces derniers risquent davantage de présenter d’autres types de néoplasies comme le cancer de la bouche, de la gorge, de l’œsophage, de l’estomac, du pancréas, de la vessie et même certains types de leucémies.

Maladies pulmonaires
Le tabagisme représente le principal facteur de risque pour développer une maladie pulmonaire
obstructive chronique (MPOC), maladie dégénérative des poumons qui se manifeste par des bronchites chroniques, de l’essoufflement même sans effort, un besoin d’oxygène plus grand. Elle peut même mener jusqu’à la mort.

Il a été démontré que les personnes séropositives qui fument avaient plus de risques de présenter une maladie obstructive chronique plus tôt dans leur vie que les personnes séronégatives.
De plus, on sait que les personnes VIH+ fumeuses et ayant un système immunitaire plus faible ont plus de risques que les personnes VIH+ non fumeuses de développer certaines infections pulmo-naires telles une pneumonie bactérienne ou une pneumonie à pneumocistis carinii.

Maladies cardiovasculaires
On a démontré récemment que le risque de développer une maladie cardiovasculaire (principale cause de décès au Canada) dans les 5 premières années était augmenté de 50% chez les fumeurs VIH+. Dans la population générale, on estime que fumer un paquet de cigarettes ou plus par jour triple les chances de faire une crise cardiaque au cours de la vie pour un hom-me. Le tabagisme augmente également les risques de faire une paralysie ou de présenter une diminution de la vascularisation de l’organisme.

Problèmes hépatiques
On sait que les personnes infectées par le VIH également infectées par le virus de l’hépatite B ou de l’hépatite C ont plus de risques de développer des complications de leur hépatite, comme la cirrhose ou le cancer du foie, que les personnes non infectées par le VIH. Certaines études ont également démontré que les gens ayant déjà fumé ou faisant un usage régulier du tabac avaient plus de risques de voir leur hépatite progresser rapidement.

Autres conditions
Le tabagisme peut également provoquer d’autres problèmes ou aggraver des problèmes déjà existants tels des problèmes buccaux (champignons, leucoplasie de la langue), de l’ostéoporose (diminution de la densité des os), des problèmes rénaux, des ulcères d’estomac, des cataractes, des problèmes d’inflammation des gencives, des troubles d’érection.




Quels sont les bénéfices à cesser de fumer?

Après 20 minutes :
- La pression sanguine baisse et redevient normale.
- Le pouls ralentit et redevient normal.

Après 8 à 12 heures :
- La concentration de CO2 dans le sang baisse et redevient normale.
- La concentration d’oxygène dans le sang augmente et redevient normale.

Après 24 heures :
- Le risque d’avoir une maladie cardiovasculaire diminue.

après 72 heures :
- Les bronches se relâchent, ce qui facilite la respiration.
- La capacité des poumons s’améliore.

Entre 2 semaines et 3 mois :
- La circulation du sang s’améliore
- L’exercice physique comme la marche est plus facile.
- Le fonctionnement des poumons continue à s’améliorer (jusqu’à 30%).

Entre 1 et 9 mois :
- La toux, la congestion nasale, la fatigue et l’essoufflement diminuent.
- Les cils vibratiles dans les bronches se régénèrent et la capacité de l’orga-nisme de retenir les sécrétions, de purifier les poumons et de combattre les infections comme les pneumonies, s’accroît.
- Le corps reprend de l’énergie.

Après 1 an :
- Le risque de présenter une maladie cardiovasculaire est diminué de moitié.
- Pour une femme, le risque de contracter un cancer du col de l’utérus
devient comparable à celui d’une femme n’ayant jamais fumé.

Après 5 ans :
- Le risque de cancer des bronches, de la gorge et de l’œsophage diminue de moitié.
- Le risque de cancer du poumon pour le fumeur moyen (un paquet/jour) diminue également de moitié.
- De 5 à 15 ans après avoir cessé de fumer, le risque d’accident cérébral vasculaire (AVC) diminue et se compare à celui des non-fumeurs.

Après 10 ans :
- Le risque de mourir d’un cancer du poumon est semblable à celui d’un non-fumeur.
- Le risque des cancers de la bouche, de la gorge, de l’œsophage, de la vessie et du pancréas diminue.

Après 15 ans :
- Le risque de crise cardiaque est semblable à celui d’un non-fumeur.

* Données américaines

L’abandon du tabagisme représente beaucoup d’autres avantages :

- Vous vous sentirez beaucoup mieux;

- Vous vous sentirez maître de vous-même;

- Vous aurez l’air plus en santé;

- La coloration de votre peau aura l’air plus en santé;

- Vos dents seront plus blanches;

- Votre haleine, vos vêtements et votre maison ne sentiront plus la fumée;

- Vous respirerez mieux;

- Vous vous sentirez plus détendu, reposé et énergique;

- Vous serez plus en forme pour faire de l’exercice;

- Vous économiserez de l’argent.


Références : www.thebody.com / www.jarrete.qc.ca / Hepatoweb.com
Pour les personnes qui ne veulent pas cesser de fumer – une étape à la fois. Société canadienne du cancer, 2007 C Smith and D:A:D Study Group. Association between Modifiable and Non-modifiable Risk Factors and Specific Causes of Death in the HAART Era: The Data Collection on Adverse Events of Anti-HIV Drugs Study. CROI 2009. Abstract 145.