Fétichisme et BDSM

10e anniversaire du Dôm MS Académie

André-Constantin Passiour
Commentaires
Depuis presque deux ans, le Dôm MS Académie organise une fois par mois une soirée «Hommage» aux divers clubs de cuir. Cependant, samedi 19 septembre, on célèbrera plutôt les 10 d’existence de cette sorte de cercle réservé aux amateurs de fétichisme et BDSM (ligotage et sadomasochisme). Ce party spécial aura lieu au K-LUB, la nouvelle adition au bar Tunnel. En fin de compte, cette soirée débutera au Tunnel pour se poursuivre au K-LUB, un backroom, avec prestations des plus osées et sexy… Il paraît qu’il risque d’y avoir quelque chose avec une sling ! «Ce sera absolument et résolument cochon !», de dire Sir Paul, le vice-président et fondateur du Dôm MS.

En 10 ans, le Dôm MS a vu passer plus de 4 800 personnes de tous âges et de toutes professions. «Nous avons vu autant des avocats, des députés, des sexologues que des infirmiers, infirmières, des gens importants. Il y a même eu un prêtre catholique. Certains sont uniquement curieux, d’autres veulent apprendre une technique en particulier, comme sur le Bondage (ligotage) par exemple. D’autres encore veulent s’informer sur le BDSM en général et vivre des expériences», d’expliquer Sir Paul. Mais pour plusieurs, ce type d’expérience est encore tabou. «En 10 ans, ce que je remarque le plus c’est la culpabilisation véhiculée par la religion judéo-chrétienne, souligne Sir Paul. Les gais ressentent énormément de culpabilité en regard à leur sexualité, leurs pratiques sexuelles, leurs fantasmes, etc.»

Si l’expérimentation et l’information sont la face cachée du Dôm MS, les performances et les soirées Hommage contribuent à son aspect public. «Tranquillement, le Dôm MS contribue à faire revivre la communauté cuir avec, par exemple, les soirées Hommage au clubs de cuir, de dire Sir Ryan, le jeune président de ce club. Les gens aiment particulièrement ces soirées parce que cela leur donne une occasion de se retrouver après bien des années et de s’amuser. Pour les jeunes, cela leur montre la vitalité qu’avait la communauté avant la vague de sida qui a tué bien des membres et qu’il y a encore des choses à faire pour cette communauté. Pour d’autres, de telles soirées sont aussi l’occasion de se remémorer des personnes qui sont décédées. Comme lors de l’hommage aux Iron Cross, cela en a ému aux larmes plusieurs que de voir des photos avec tant de personnes décédées du sida.»

Si, à l’Aigle Noir, Sir Paul présentait une prestation chaque samedi soir, depuis le déménagement au Tunnel, le 17 janvier, cela est devenue une activité ponctuelle plus artistique qui implique une équipe qui comprend le photographe Mario Beauchêsne. «Nous n’étions pas connus au Parking, au Tunnel, c’est donc une possibilité pour nous de nous faire connaître par un public qui est jeune et qui peut être attiré par le fétichisme», dit Sir Ryan. «Nous voulons remercier d’ailleurs Gregg Thibeault [le propriétaire] et Donald Savard [le gérant], pour leur collaboration et leur appui», de noter Sir Paul.

Après ce party, la soirée Hommage du 17 octobre fera revivre le club Northern Lights avec une emphase toute particulière sur le travail de Robert Charbonneau (alias Diether).


K-LUB
1296, rue Amherst, suite 103 (en bas de l’escalier jaune).