Italie - homophobie

La population romaine émue après la violente agression d'un couple homo

Chantal Cyr
Commentaires

Une violente agression homophobe a eu lieu dans la nuit du 21 au 22 août dernier à Rome. Deux jeunes homos qui échangeaient un baiser à la sortie d'une manifestation baptisée "Village gay" ont été frappés à coups de couteau et de bouteille par un repris de justice, sympathisant d'extrême-droite.

Le maire de la capitale, Gianni Alemanno (photo), un ancien néo-fascite rallié à Berlusconi, qui a rencontré les associations LGBT romaines pour tenter d'apaiser l'émotion suscitée par cette agression, a déclaré "repousser en bloc toutes les formes d'intolérance, même celles sexuelles". Il a promis de tout mettre en oeuvre pour que tels faits ne se reproduisent pas.

Gianni Alemanno a déclaré à cette occasion soutenir le projet de loi anti-discrimination destiné à lutter contre la violence homophobe déposé au parlement par une députée lesbienne du Parti démocrate d'opposition.

Ces gestes d'apaisement n'ont pas empêché la violence anti-gaie de s'exprimer à nouveau. Mardi soir (25 août), le club gai le Qube, à Rome encore, a été la cible d'un incendie criminel. Fort heureusement, il était vide à ce moment-là.

Arcigay, la principale association homosexuelle italienne, se dit "fatiguée" d'un "climat empoisonné par la méfiance et la peur".

Elle réagit dans le même temps aux déclaration du sélectionneur national de football italien Marcello Lippi qui a estimé mercredi "impossible" qu'un couple de joueurs homosexuels figure en sélection.

"En ces jours où les gays assistent impuissants à la multiplication des épisodes de violence brutale contre eux ... en voici une autre forme de justification hypocrite", estime l'association. "Des mots comme ceux-ci fortifient les préjugés sur les relations homosexuelles", ajoute Arcigay.

L"association a décidé d'organiser une marche pour la défense des droits et la dignité des personnes LGBT, le 10 octobre prochain à Rome.

Sources : pinknews / tetu / e-llico