Le spot et la prévention du VIH

Un lieu pour une meilleure santé sexuelle

André-Constantin Passiour
Commentaires
Depuis quelques semaines déjà, Action Séro Zéro, en collaboration avec des universités, reçoit des hommes gais dans un tout nouvel espace afin de faire de la prévention au VIH/sida et du dépistage, un test très rapide d’ailleurs, comme les tests de grossesse. Mais d’autres projets de coopérations sont en marche et l’on pourrait bien voir là des soins dentaires pour des séropositifs à faibles revenus, tandis qu’on travaille avec la Clinique médicale du Quartier-Latin pour du dépistage d’autres ITS (infections transmissibles sexuellement), mais ça, c’est pour plus tard. Lorsqu’on y entre, on a l’impression d’être presque dans une clinique privée. Planchers de bois franc foncé, lustrés, neufs, mur de briques, couleurs apaisantes de vert pastel, beige, jaune, etc., bref une atmosphère accueillante pour recevoir des hommes gais de tous âges venus se faire dépister dans cette ambiance détendue.

Des fauteuils confortables, du café frais (servis dans des tasses, s’il vous plaît!) et quelques plantes rendent l’endroit encore plus agréable, rien à voir avec l’es-pace décrépit d’il y a à peine quelques mois. «On veut rejoindre les gens qui n’ont pas subi le test de dépistage depuis très longtemps, donc on veut leur offrir un lieu qui soit propice. Par la bande, ils participent également à une recherche en lien avec la prévention», explique Robert Rousseau, le directeur général de Séro Zéro.

C’est bien le nouveau projet développé par Séro Zéro et appelé Le Spot. «Les gens peuvent venir ici avec ou sans rendez-vous pour se faire dépister. Il y a un infirmier, un intervenant et un autre bénévole à l’accueil en tout temps. Il n’y a pas de médecin, mais l’équipe médicale du projet supervise le travail de l’infirmier. Un peu comme le test de grossesse, nous avons un kit pour prélever une goutte de sang, comme pour les diabétiques, et cela nous donne un résultat en une trentaine de secondes. Mais si nous voyons que la personne est plus nerveuse ou anxieuse, on peut administrer le test conventionnel par l’infirmier», de dire M. Rousseau.

Pour les personnes trop inquiètes, un bénévole pourra faire un massage sur place pour détendre les nerfs un peu trop à vif… Dans le cas d’un test positif, la personne sera rencontrée par un intervenant et l’on prendra tout le temps qu’il faut pour l’aider à surmonter l’épreuve et la conseiller.

Le sous-sol a complètement été rénové aussi pour y accueillir une salle multifonctionnelle pour des rencontres, des ateliers, de la formation de bénévoles, etc. Dès l’automne, on y offrira des cours de yoga, une «autre manière de se détendre tout en rencontrant des gens, une sorte d’alternative aux bars», d’ajouter M. Rousseau.

En plus de cette salle, on y a installé le nécessaire pour des soins dentaires offerts en collaboration avec la Faculté de médecine de l’Université de Montréal. Des étudiants seront disponibles pour les examens et les traitements. On vise ici les gais séropositifs à bas revenu. «Une meilleure santé buccale contribue à une meilleure santé en général et à une meilleure estime de soi. […] Éventuellement, en parallèle avec le dépistage du VIH, il y aura un volet qui s’occupera de la santé mentale, de l’estime de soi, de la solitude, de l’homophobie intériorisée, etc.», indique M. Rousseau.

Le Spot, 1223 A, rue Amherst, Mtl. T. 514-521-7778 ou www.sero-zero.qc.ca
Le Spot est ouvert les mercredis et jeudis, de 7h à 15h; les vendredis, de 15h à 23h;
les samedis et dimanches, de midi à 20h.