Le bilan des célébrations de la fierté de Montréal 2009

Jour de fête

André-Constantin Passiour
Commentaires
C’est par un soleil radieux, plombant, et une température avoisinant les 37 à 39o C (avec l’humidex), que s’est déroulée cette troisième édition du défilé de la fierté LGBT organisé par Célébrations LGBTA. C’est un peu après 13h, le dimanche 16 août, qu’a été donné le coup d’envoi de cette parade qu’ouvrait, comme c’est maintenant la tradition, l’Association des motocyclistes gais du Québec, qui célèbre cette année son 20e anniversaire. Plusieurs organisations ont respecté la thématique «Fiesta!» en y incluant des plumes, des percus- sions brésiliennes, des couleurs très vives, des paillettes ou des ballons, des palmiers, voire des plantes tropicales sur plusieurs chars. On remarquait ainsi la présence des groupes de percussionnistes Zuruba et Samajam le long du parcours, qui mettaient passablement d’entrain et ce, malgré la chaleur accablante.




«Cette année, nous avons 85 contingents d’inscrits avec plus de 2000 participants; l’an dernier, nous en avions 75, c’est donc notre plus gros défilé jusqu’à présent», de dire Éric Pineault, le président de Célébrations LGBTA. Les personnalités ne manquaient pas, les députés fédéraux Gilles Duceppe, Réal Ménard, Erwin Cutler et Justin Trudeau, entre autres, tandis que Québec y avait délégué pas moins de trois ministres, soit Marguerite Blais, Yolande James et Kathleen Weil.





Par contre, aucun ministre ou député représentant le gouvernement conservateur de Steven Harper n’avait accepté l’invitation lancée par Gai Écoute. Élections municipales obligent, les partis municipaux y étaient bien représentés avec, en tête, le maire Gérald Tremblay qui distribuait des autocollants de la Fondation Émergence en serrant les mains de la foule, de même que Louise Harel, chef du parti Vision Montréal.



Bien sûr, des chars de clubs ou d’entreprises (Banque TD, Trojan, Parking, Stud, Sky, etc.), avec leurs lots de beaux garçons torses nus se déhanchant, ont attiré l’attention du public, mais des organisations comme le groupe juif montréalais, avec des pancartes des deux jeunes victimes de l’attentat homophobe de Tel Aviv, et le groupe libanais Helem ont suscité les encouragements de la foule.





Certaines organisations, comme le Parti libéral du Canada, faisaient dans le double message avec des affiches énonçant «69, une position libérale», faisant ainsi référence à l’adoption de la loi omnibus par le premier ministre Pierre E. Trudeau, en 1969, ce qu’a rappelé d’ailleurs son fils et député libéral, Justin Trudeau, et à la fameuse position sexuelle!





Un public plus nombreux que l’année dernière (estimé par les organisateurs à plus de 100 000 personnes) a assisté à ce défilé avant de se déverser sur la rue Sainte-Catherine ainsi qu’au T-Danse dans le parc Émilie-Gamelin.

TEXTE: André C. PASSIOUR
PHOTOS : Pascal FOREST, Sylvain RYAN