Kalalu

Kalalu, les Caraïbes dans notre assiette

Richard Vigneault
Commentaires
Un restaurateur haïtien, Ernst Clerveau, et ses partenaires, faisant preuve d’une grande ouverture d’esprit, se sont dit que, compte tenu de notre esprit festif, il était temps d’inviter les gais à venir faire la fête dans leur établissement. Le restaurant a pour nom le Kalalu. «Un de mes employés, qui est gai, m’en a fait la suggestion. J’ai trouvé que ça avait du sens. Les mardi à partir de 17h, on organise des Mardis show où on invite des artistes variés, et le lendemain, ce sont les Mercredis frivoles, ambiance gay friendly. » Le gars est brillant. C’est un acheteur au département de sécurité aéronautique chez Bombardier. Son travail l’amène à voyager beaucoup et il a appris ainsi l’ouverture au monde. Mais n’esquivons pas l’autre charme du lieu : ce qu’on trouve dans l’assiette, des classiques de la cuisine caraïbéenne. En guise d’ouverture, l’incontournable ti-punch avec son rhum et limette. Puis les acras bien sûr. Le reste, ce sont des salades, poulets et quoi encore, apprêtés avec des épices à dose mesurée, de quoi vous éviter le pichet d’eau. Carte créole certes, mais agrémentée de mets provenant de la Jamaïque, comme le poulet jerk, notoirement très épicé, ici en version light et cuisine brésilienne. Tout ça sur fond de musique typiquement caribéenne. Les jours de pluie, c’est très souhaité pour se replonger ailleurs. Ils ont aussi une belle carte de vins avec, entre autres, la Fleur du Cap, un chardonnay d’Afrique du Sud qui mérite le détour. Le Kalalu célèbre ses cinq ans. Joignez-vous à la fête!

Kalalu. 4331, rue Saint-Denis. Montréal. T. 514-849 7787.