19 - 28 juin 2009 - Gay Pride et Prism

Toronto l’invitante

Logan Cartier
Commentaires

Toronto a changé et pour le mieux. La Ville Reine ne mérite plus sa réputation de ville-dortoir et la vie continue désormais bien après la fermeture des bureaux : tant culturellement que du côté clubbing la ville a plus à offrir que jamais. Une rafraîchissante pluie de musées, de cafés, de restaurants, boutiques, théâtres, de bars et discothèques s’est abattue sur la Ville Reine au cours de la dernière années, et les Torontois et Torontoises nous invitent à en profiter. Le «nouveau Toronto» doit son origine à une donnée démographique exceptionnelle : la ville compte maintenant plus d’immigrants que de gens qui y sont nés. Européens de l’Est et de l’Ouest, Africains, Sud-Américains et de nombreux Asiatiques : plus de 80 groupes ethniques se sont constitué des quartiers ou des secteurs. Des quartiers entiers ont les couleurs et les odeurs de lointaines contrées. Et la communauté gaie ne fait pas exception.

Sur Church Street, à proximité de Wellesley, l’activité commerciale — à l’instar de la rue Sainte-Catherine à Montréal — s’est développée à un rythme effarant. Les rues avoisinantes, résidentielles pour la plupart, sont un mélange d’élégantes town houses restaurées, de tours à appartements rénovées ou en voie de rénovation et de condos luxueux. Le centre communautaire (le «519») profite du soutien de la ville de Toronto et du milieu des affaires. Il occupe un édifice très bien situé sur Church et est entouré d’un très beau parc où l’on a aménagé le mémorial dédié aux personnes décédées des suites du sida : une oasis de calme, bien que très fréquenté à toutes les heures du jour et de la nuit. De chaque côté du 519, quelques bars avec pistes de danse, mais surtout des bars-rencontres, quelques saunas, plusieurs boutiques spécialisées (dont Priape) et un grand nombre de restaurants, où parfois se sont des dragqueens qui vous servent

Les célébrations de la fierté de la Ville Reine sont reconnu pour être un des festivals LGBT des plus importants du monde avec un million de participants. Cette année, c'est du 19 au 28 juin que se dérouleront ces festivités placées sous le thème de Can't Stop : Won't Stop (Je ne peux pas arrêter : Je ne veux pas arrêter). Cette 29e édition comportera encore des spectacles sur huit scènes extérieures, tandis que la foire de rue (le samedi et dimanche) sera l'occasion de flâner, de s'informer et de se divertir avec les nombreux kiosques d'artisans, de marchands et de groupes communautaires. Mais le samedi est réservé à la traditionnelle Dyke March (défilé lesbien) avec pour Lesbiennes d'honneur la chanteuse et musicienne jazz Faith Nolan. La marche s'ébranlera à 14h à partir des rues Hayden et Church. Le clou de toutes ces activités sera le défilé de la fierté, le 28 juin, qui partira au coup de 14h à l'angle de Church et Bloor, en plein centre-ville de Toronto. C'est l'avocat El-Farouk Khaki, d'origine tanzanienne, qui sera le Grand Marshall. Activiste et ardent défenseur des droits des LGBT, Khaki est lui-même un réfugié et milite pour un islam progressiste. Le rôle de International Grand Marshall a été décerné à Victor Juliet Mukasa, de l'Ouganda, activiste et transgenre. Encore cette année, le défilé s'annonce très coloré et festif. À signaler que le ministère ontarien du Tourisme a remis au comité Pride Toronto une somme de 300 000 $ pour accroître le tourisme gai lors de ces célébrations.

En parallèle à cette Semaine de la fierté LGBT, pour une 7e année consécutive, le Prism Festival reviendra du 25 au 28 juin. Cet événements de partys commencera par le Madonnarama, le 25 juin, au Fly Nightclub, et mettra en vedette le DJ Ed Bailey (de Washington). Comme l'an dernier, le party militaire, Boot Camp, sera au Kool Hause et comportera les DJ Abel (Miami) et Patrick Guay (Mtl). Le lendemain, en après-midi, l'Aqua Fresh, sur la plage au bord du lac Ontario, au Sunnyside Pavillion, accueillera les DJ Brett Henrichsen (LA) et Mark Falco (TO). Le soir, l'événement majeur de ce week-end sera le Future Babylon Party, au Saound Academy, avec les DJ Ana Paula (Brésil), Hector Fonseca (NYC) et Miss Honey Dijon (NYC). Le dimanche soir, après le défilé, on pourra encore festoyer au club The Guvernment, pour le party Revival qui recevra le célèbre DJ Peter Rauhofer (NYC) ainsi que Shawn Ryker qui était de la partie l'an dernier d'ailleurs en compa-gnie également de Rauhofer. Bref, toute une fin de semaine de plaisirs en perspective pour les clubbers.