Cet été plein de fleurs

Benoit Migneault
Commentaires
Michel Bellin nous offre ici un roman qui se présente sous la forme du journal intime de Paul Siméon, rédigé d’août 1919 à août 1920. La rédaction du journal cesse avec la mort de son auteur, un adolescent tourmenté et romantique qui, comme tous les garçons de son âge, cherche à se définir et est déchiré par les signaux contradictoires qu’il ressent. Que veut-il de la vie? Quelle place est la sienne dans son milieu? Il est attiré par les jeu-nes et sémillantes jeunes filles qui l’entourent mais, parallèlement, ne peut s’empêcher d’être fasciné par les regards et les corps des hommes qu’il croise. L’auteur use ici d’une plume maîtrisée pour recons-tituer l’écriture soignée et romanesque des ouvrages de cette époque. Le tout roule bien en bouche et nous ramène au plaisir d’une langue déliée et poétique à la fois bien que plus formelle. Le tout se déguste avec plaisir. Évidemment, comme le «journal» s’interrompt brusquement, on ne peut que regretter que le destin du jeune Paul Siméon ne soit pas plus clair, mais ce sont là les aléas de l’exercice sur ce «jeune homme en fleurs».

Michel Bellin. Paris : L’Harmattan, 2009. 340p. (Écritures)