Action Séro Zéro

Un pas en avant, sans oublier le passé !

Daniel LeBlanc
Commentaires
L’organisme communautaire Séro Zéro entreprend d’élargir son mandat. Initialement voué à la prévention du VIH/sida et des autres infections transmissibles sexuellement (ITS), Séro Zéro orientera dorénavant ses actions afin de promouvoir la santé globale et le mieux-être des hommes gais et bisexuels de la communauté. Au-delà de la santé sexuelle
«L’individu ne peut être vu que sous l’angle de sa sexualité, nous devons considérer la globalité de la personne», explique Robert Rousseau, directeur de l’organisme. Effectivement, la santé d’un individu dépasse largement son état de santé physique. «D’ailleurs, de plus en plus d’études réalisées auprès des hommes gais et bisexuels nous renseignent sur les problématiques de santé vécues par ceux-ci. Ces données mettent en relief toute l’importance de développer des programmes de promotion de la santé globale qui abordent différents aspects de la santé mentale, sociale et physique. En fait, un consensus s’établit graduellement au Canada, aux États-Unis ainsi qu’en Europe quant à l’importance d’une telle approche», d’ajouter M. Rousseau.

Êtes-vous satisfaits?
Au cours des deux dernières années, Séro Zéro a mis en place un processus de consultation intitulé «Êtes-vous satisfaits?» auprès des hommes gais et bisexuels de la région de Montréal dans le but de recueillir leurs opinions à propos du projet d’élargissement de mandat. Soutenant ce projet d’élargissement, une majorité des 225 répondants de l’enquête trouve important d’avoir des services adaptés qui répondent à leurs besoins de santé sexuelle, de santé mentale et de santé sociale, besoins auxquels le réseau de la santé ne semble pas toujours pouvoir répondre.
Également, les données qui découlent de l’enquête nous rensei-gnent sur les principales préoccupations en matière de santé. En plus des besoins liés à la santé sexuelle, les répondants ont affirmé avoir éprouvé plusieurs autres préoccupations de santé comme le relève le tableau suivant.

Pour mieux considérer les nouvelles réalités
Il s’avère important pour Séro Zéro de prendre en compte les besoins spécifiques en matière de santé spécifiques et de veiller à inclure différentes réalités. D’autant que nos communautés sont de plus en plus composées de différents profils d’hommes. Des hommes séronégatifs ou séropositifs, des hommes qui sont issus de différentes communautés culturelles et des hommes qui appartiennent à différentes «sous-cultures». On retrouve également des jeunes et des hommes plus âgés, des hommes qui, peu importe leur âge, en sont aux premières étapes du coming out.

Encore plus prochainement !
«Réduire l’incidence du VIH et des autres ITS auprès des hommes de nos communautés restera notre priorité. On peut également s’attendre à une visibilité accrue des équipes dans les différents milieux de socialisation. De plus, l’organisme est sur le point de finaliser une entente qui lui permettrait d’avoir une vitrine plus accessible dans le Village», soutient avec enthousiasme Robert Rousseau, directeur de l’organisme.

En lien avec les commentaires émis par les répondants de l’enquête «Êtes-vous satisfaits?», Séro Zéro s’assurera de sensibiliser les professionnels du réseau de la santé à l’importance de développer des structures d’accueil adaptées aux besoins et aux réalités des hommes gais et bisexuels. Enfin, sans dédoubler les services actuellement offerts, de nouveaux secteurs d’activités et services en lien avec la santé mentale et sociale seront inclus à la programmation de l’organisme. Bref, Séro Zéro a à cœur la santé et le mieux-être des gens de la communauté, et il est certain que cet élargissement de mandat stimule l’organisme en pleine effervescence.

Au cours des prochains mois, l’organisme prévoit plusieurs activités spéciales en lien avec cet élargis-sement de mandat. Séro Zéro vous invite à consulter son site Internet pour obtenir toutes les futures informations.


Résumé des principales préoccupations des répondants en matière de santé

Niveau de stress élevé/anxiété 49 %

Image corporelle 35 %

Prise de risques sexuels 35 %

ITS 32 %

Solitude/isolement 31 %

Homophobie 23 %

Pauvreté/manque de ressources financières 22 %

Tabagisme 21 %

VIH 18,1%